Béziers: son cœur s'arrête de battre pendant 18h, il se réveille

Béziers: son cœur s'arrête de battre pendant 18h, il se réveille

Publié le :

Jeudi 05 Avril 2018 - 11:50

Mise à jour :

Jeudi 05 Avril 2018 - 11:58
©Swoan Parker/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Retrouvé en arrêt cardiaque au bord d'une rivière le 12 mars dernier à Béziers (Hérault), un homme de 53 ans est finalement revenu à la vie après que son cœur se soit arrêté de battre pendant 18 heures. Pour les médecins, l'hypothermie dont il a été victime l'a probablement sauvé.

Son histoire est incroyable. Retrouvé en arrêt cardiaque au bord d'une rivière, un homme de 53 ans est finalement revenu à la vie après que son cœur se soit arrêté de battre pendant 18 heures. Les faits se sont déroulés le 12 mars dernier à Béziers (Hérault). Rapidement pris en charge, le quinquagénaire se trouvait au bord de l'eau lorsqu'il a été découvert. La température de son corps avoisinait les 22°C.

Pour qu'il survive à cet incident, les secours lui ont donc pratiqué un massage cardiaque pendant plus de quatre heures, en vain. Ce n'est que 18 heures plus tard, alors que les espoirs de survie étaient nuls, que l'homme s'est réveillé.

"Ce monsieur (…) est dans son lit, vivant. Il est en train de se remettre de ses émotions", avait confié à Midi Libre le docteur Jonathan Charbit, le chef du service réanimation, précisant que l'équipe était "stupéfaite". "C'est un cas d'école. C'est aussi une aventure médicale et humaine incroyable", avait-il ajouté conscient qu'il venait d'assister à un cas rarissime.

Lire aussi - Etats-Unis: un garçon de 7 ans ferme les yeux et reste endormi pendant 11 jours

Pour lui, c'est probablement l'hypothermie (l'abaissement de la température du corps au-dessous de la normale) dont il a été victime qui l'a sauvé. Il avait notamment expliqué au quotidien que cette situation avait poussé les secours à continuer le massage cardiaque au-delà du temps "normal": "Les médecins ont jugé, à juste titre, que c'était peut-être l'hypothermie qui empêchait le cœur de repartir. Il fallait donc d'abord réchauffer la victime avant de conclure à l'échec des massages".

Connue pour être protectrice, l'hypothermie a "sans doute protégé le cerveau et les organes vitaux. Il y avait des chances qu'il n'y ait pas de séquelles. C'est la grande particularité du dossier. Si son corps avait été à température ambiante, à 37 degrés, le pronostic n'aurait pas été le même", a-t-il affirmé.

Un homme s'est réveillé alors que son coeur s'était arrêté de battre pendant 18h.


Commentaires

-