Calais: un Erythréen arrêté dans une affaire de viol, la victime décrivait son agresseur comme "un migrant"

Calais: un Erythréen arrêté dans une affaire de viol, la victime décrivait son agresseur comme "un migrant"

Publié le :

Mercredi 01 Novembre 2017 - 11:05

Mise à jour :

Mercredi 01 Novembre 2017 - 11:06
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une femme a été violée à la sortie de son poste de travail, dans un hôtel de Calais, dans la nuit de lundi à mardi. Mardi après-midi, un Erythréen d'une vingtaine d'années a été placé en garde à vue. Il nie les faits. Des analyses ADN vont être effectuées.

Un homme a été arrêté mardi 31 à Calais, quelques heures seulement après qu'une habitante de la ville âgée de 36 ans ait été violée à la sortie de son travail par un homme qu'elle décrivait comme "un migrant".

Les faits se sont déroulés lundi 30, peu avant minuit. La victime sortait tout juste de son poste de travail dans un hôtel de la ville lorsqu'elle a été agressée dans une rue excentrée de la commune par un homme qui, sous la menace d'un couteau, l'a entraînée dans des bosquets avant de lui imposer des relations sexuelles. Agée de 36 ans, la victime avait été prise en charge par un hôpital de Boulogne-sur-Mer et annoncé son intention de porter plainte.

Dans l'après-midi de mardi 31, soit moins de 24 heures après les faits, un homme de 20 ans, de nationalité érythréenne, selon une information de La Voix du Nord, a été appréhendé par la police municipale dans les rues de Calais. Les agents locaux l'ont repéré du fait de sa ressemblance avec des images de vidéosurveillance prise à proximité des lieux du viol.

Le jeun homme, placé en garde à vue, nie les faits. Son ADN sera prélevé pour être comparé à celui qui a pu être récupéré sur la victime.

Le procureur de la République de Boulogne tient cependant à rester prudent. Il affirme que "l'affaire n'est pas résolue" et s'était refuser mardi 31 à confirmer la piste de l'agresseur migrant, sans doute pour éviter d'envenimer la situation. Malgré le démantèlement de la "Jungle" de Calais, il reste toujours entre 500 et 700 migrants, selon les estimations, errant dans le secteur dans l'attente d'une opportunité de rallier le Royaume-Uni.

Il reste toujours entre 500 et 700 migrants clandestins dans la zone de Calais.

Commentaires

-