Calais: une femme violée sous la menace d'un couteau, la piste d'un migrant envisagée mais pas confirmée par la justice

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Calais: une femme violée sous la menace d'un couteau, la piste d'un migrant envisagée mais pas confirmée par la justice

Publié le 31/10/2017 à 19:24 - Mise à jour à 19:35
© VALERY HACHE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Lundi peu avant minuit, une femme a été agressée à la sortie de son travail dans un hôtel de Calais et violée. Elle dénonce une attaque perpétrée par un migrant ce que la justice refuse de confirmer pour l'instant.

C'est Franceinfo qui dévoile l'information: une femme qui rentrait à son domicile a été violée à Calais par un homme armé d'un couteau. La piste d'un agresseur qui serait un migrant, si elle envisagée, n'est cependant pas encore confirmée.

Les faits se sont déroulés lundi 30 dans la nuit. Il était 23h40 lorsque le crime s'est produit. La victime qui travaillait dans un hôtel venait de terminer son service et rentrait chez elle. C'est sur le chemin retour de son travail qu'elle a été agressée par un homme armé, sur l'avenue Charles-de-Gaulle un quartier périphérique et relativement calme la nuit.

Le violeur a entraîné sa victime sous la menace de l'arme blanche dans des bosquets à proximité avant de lui imposer des relations sexuelles.

La victime a été transportée au centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer où elle a été prise en charge médicalement. Elle a annoncé son intention de porter plainte.

La malheureuse femme a expliqué que son agresseur était un migrant. Aucun élément n'a encore été communiqué pour savoir sur quels détails cette accusation reposait. Le parquet de Boulogne-sur-Mer, contacté par Franceinfo, refuse de confirmer que le violeur est bel et bien un migrant dans l'attente de nouveaux éléments.

Fin octobre 2016, l'Etat organisait la liquidation de la "Jungle" de Calais en transférant les 7.400 migrants qui y résidaient. Malgré cela, ils seraient encore entre 500 et 700 selon les estimations à être encore en ville ou dans les environs, dans l'attente d'une opportunité pour rejoindre le Royaume-Uni.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


L'enquête n'en est qu'à ses débuts.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-