Neuf bébés chiens et leurs parents passent 4 jours dans une camionnette

Neuf bébés chiens et leurs parents passent 4 jours dans une camionnette

Publié le :

Vendredi 27 Juillet 2018 - 14:21

Mise à jour :

Vendredi 27 Juillet 2018 - 14:45
Un homme a été interpellé et placé en garde à vue mercredi à Nantes après la découverte de 11 chiens dont neuf nouveau-nés dans sa camionnette. En pleine vague de chaleur, ils avaient été laissés dans le véhicule pendant quatre jours.
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'un des chiots n'a pas survécu, les autres ont pu être confiés à des associations spécialisées et leur propriétaire a été interpellé.

Onze chiens ont été retrouvés mercredi 25, en pleine vague de chaleur, dans une camionnette stationnée à Nantes. Selon Ouest France qui rapporte les faits, cela faisait quatre jours que les pauvres bêtes étaient ainsi parquées, sans eau ni nourriture. Soit depuis la naissance des bébés, qui n'étaient donc âgés que de quelques jours.

C'est donc par miracle que la plupart d'entre eux ont survécu jusqu'à mercredi. Le véhicule a heureusement fini par attirer l'attention des riverains qui ont prévenu les forces de l'ordre. Celles-ci ont retrouvé le propriétaire qui se trouvait alors en état d'ébriété. Il a d'abord été placé en cellule de dégrisement avant d'être entendu.

Voir: Cruauté envers les animaux à Marseille: des chiens et chats affamés, congelés, démembrés et brûlés

Selon les premiers éléments récoltés, la chienne avait mis bas dimanche de cette portée, des croisés berger fauve et labrador noir. L'homme devrait être poursuivi pour maltraitance mais n'encoure à ce titre pas de peine de prison.

Concernant les souffrances infligées à des animaux, seuls les actes de cruauté peuvent en effet être sanctionnés par une telle peine (deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende). Et ceux-ci supposent une volonté de faire souffrir gratuitement.

En revanche, l'article R. 653-1 du code pénal dispose que "le fait par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, d'occasionner la mort ou la blessure d'un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 3e classe".

Le propriétaire des chiens encoure donc une amende de 450 euros. Le juge peut également décider de remettre ses chiens à une œuvre de protection animale reconnue d'utilité publique.

Lire: 

Acte de cruauté envers un animal domestique: que risque la personne responsable des sévices?

Animal enfermé dans une voiture en pleine chaleur: quelles sanctions pour le propriétaire?

L'un des neuf chiots n'a pas survécu aux quatre jours passés dans le véhicule (illustration).


Commentaires

-