Carignan: un chien meurt attaché et traîné par une voiture, son propriétaire arrêté

Carignan: un chien meurt attaché et traîné par une voiture, son propriétaire arrêté

Publié le :

Mardi 08 Août 2017 - 13:39

Mise à jour :

Mardi 08 Août 2017 - 15:05
©Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un homme de 55 ans habitant près de Carignan dans les Ardennes a été arrêté lundi pour avoir traîné son chien, attaché à l'arrière de sa voiture, causant sa mort. Il a assuré qu'il ne se souvenait plus que l'animal se trouvait là. Si la version de l'acte volontaire est retenue, il risque deux ans de prison et une grosse amende.

Un chien a vécu l'enfer et n'en est pas revenu. Un quinquagénaire habitant à côté de Carignan, dans les Ardennes, a été arrêté lundi 7 après-midi pour avoir causé la mort de son animal. La pauvre bête a été attachée à l'arrière de la voiture de son maître et traînée sur la route de son domicile jusqu'à la station essence d'un supermarché voisin.

Des personnes ont aperçu cet individu âgé de 55 ans sortir de sa voiture une fois arrivé à destination, vérifier que l'animal était bien mort, et mettre son cadavre dans le coffre comme si de rien n'était, après avoir acheté un bidon d'essence.

"Il était 13h30 quand, au niveau de l’Intermarché de Carignan, j’ai vu une ZX rouge avec une masse noire attachée à l’arrière qui traînait sur le sol. C’était un chien" a confié un témoin de la scène au journal de L'Union. Et d'ajouter, face à l'horreur de cette découverte: "J'en tremble encore".

Cet homme a pu être interpellé par les gendarmes de Carignan peu de temps après les faits car quelqu'un a pris une photo de sa plaque d'immatriculation. Photo qui a fait la Une de L'Union ce mardi 8, et sur laquelle on peut apercevoir la dépouille du chien.

Aux gendarmes, il a assuré que son geste n'était pas volontaire, et qu'il avait simplement oublié qu'il avait attaché le chien à l'arrière de sa voiture, lorsqu'il a quitté son domicile.

Si c'est l'atteinte involontaire à la vie de l'animal qui est retenue, le quinquagénaire risque 450 euros d'amende. Si, en revanche, il est retenu qu'il a volontairement voulu torturer à mort l'animal, il encourait alors deux ans de prison et une amende pouvant aller jusqu'à 30.000 euros.

Le propriétaire du chien a expliqué aux autorités qu'il avait oublié que son animal était attaché à l'arrière de sa voiture. (Illustration)


Commentaires

-