Condamné pour viols sur mineurs, le sexagénaire abusait sexuellement de son codétenu

Castres

Condamné pour viols sur mineurs, le sexagénaire abusait sexuellement de son codétenu

Publié le :

Jeudi 21 Décembre 2017 - 19:47

Mise à jour :

Jeudi 21 Décembre 2017 - 19:54
Un homme de 67 ans a condamné à un an de prison pour s'être livré à des agressions sexuelles contre son codétenu. Le prévenu écopait déjà d'une peine de 10 ans de prison pour des viols sur mineurs.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le prévenu écopait déjà de 10 ans de prison pour des viols sur mineurs. Un homme de 67 ans comparaissait devant le tribunal correctionnel de castres pour s'être livré à des attouchements sur la personne de son codétenu qui partageait avec lui sa cellule au centre de détention de Saint-Sulpice.

"Tout ça est faux. C'est un mytho. Je ne suis pas un homosexuel", a lâché à la barre le sexagénaire qui s'appuierait sur une béquille. Comme le note La Dépêche du Midi, il a d'ailleurs mis en avant son handicap pour tenter de se faire disculper des faits dont il était accusé.

La victime, un jeune homme décrit comme "fragile psychologiquement" après avoir été violé dans son enfance par son grand-père maternel, a expliqué qu'il avait subi des attouchements de la part du prévenu "tous les soirs". Il a notamment expliqué avoir été ligoté nu sur une chaise à plusieurs reprises alors que son codétenu abusait de lui. "C'est la proie idéale", a fait valoir le conseil de la victime, lui même emprisonné pour une agression sexuelle contre une infirmière.

Voir aussi - Australie: un prisonnier frappe à mort son codétenu à coups de toaster à sandwichs

Pour sa défense, le sexagénaire a fait valoir être uniquement "intéressé" par les "filles" et non par "les hommes". "Il n'y a même pas de faisceaux concordants. Comment aurait-il pu faire ce dont il est accusé alors qu'il peut à peine se mouvoir?", a fait valoir son avocat.

La procureure de la République Céline Raignault a requis deux ans de prison contre le prévenu, considérant que ces dénégations crédibilisaient les propos de sa nouvelle victime. Le tribunal a finalement considéré le sexagénaire coupable et l'a condamné à un an de prison.

Le sexagénaire a fait valoir être uniquement "intéressé" par les "filles" et non par "les hommes".

Commentaires

-