Centrafrique: une manifestation pour le retrait de la Minusca dégénère, 4 morts et 14 blessés

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Centrafrique: une manifestation pour le retrait de la Minusca dégénère, 4 morts et 14 blessés

Publié le 25/10/2016 à 10:09 - Mise à jour à 10:14
©Laurence Geai/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Quatre personnes sont mortes et quatorze autres ont été blessées, dont cinq Casques bleus, lundi à Bangui. La capitale centrafricaine a été le théâtre de manifestations suite à une journée "ville morte" organisé par la société civile qui accuse la Minusca de passivité face aux violences.

Une journée "ville morte" était organisée lundi 24 à Bangui en Centrafrique pour demander le retrait de la force d'interposition des Nations unies, la Minusca, dans le pays, accusée de passivité face aux violences dans le pays. Les Casques bleus sont intervenus tôt le matin afin de dégager des barricades qui avaient été érigés par des manifestants.

L'action des soldats de la Minusca a provoqué des débordements qui ont particulièrement dégénéré dans certains quartiers de la capitale. Au moins quatre civils ont été tués et quatorze personnes ont été blessées, dont cinq Casques Bleus.

"La Minusca pense que les événements de lundi sont une nouvelle tentative des ennemis de la paix pour perturber le retour à la normalité constitutionnelle", a fait savoir la mission onusienne. Les Casques bleus ont également renforcé leurs patrouilles terrestres et aériennes pour ramener le calme à Bangui et protéger la population.

Gervais Lakosso, coordonnateur de la société civile et organisateur de la journée "ville morte", a fait savoir à la presse que le but de l’opération était que les habitants de Bangui restent chez eux "afin de marquer (leur) adhésion aux actions de la société civile demandant le retrait de la Minusca, et le ras-le-bol devant les tueries qui gagnent presque tout le pays". Et d'accuser: "la mandat de la Minusca est clair, il vise à réduire la présence des groupes armés. Mais, c'est là où les forces onusiennes existent qu'il y a des tueries. La société civile estime que la Minusca fait preuve de passivité et de complicité".

Ce sont près de 10.000 soldats sous mandat des Nations unies, la Minusca, qui sont déployés en Centrafrique depuis avril 2014, prenant la suite de la Misca qui est intervenue en décembre 2013 sous la houlette de l'Union africaine et avec le soutien militaire de la France pour rétablir l'ordre face au de la guerre civile provoquée en 2013 par le renversement de l'ex-président François Bozizé par des rebelles séléka majoritairement musulmans.  

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Quatre personnes sont mortes et quatorze autres ont été blessées, dont cinq Casques bleus, lundi à Bangui.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-