Chalon-sur-Saône: jugée pour avoir brûlé vif un chien

Chalon-sur-Saône: jugée pour avoir brûlé vif un chien

Publié le :

Lundi 03 Septembre 2018 - 13:45

Mise à jour :

Lundi 03 Septembre 2018 - 13:48
Une femme de 38 ans est jugée ce lundi au tribunal correctionnel de Chalon-sur-Saône. Elle est soupçonnée d'actes de cruauté envers un animal: cette éleveuse de chiens non professionnelle aurait brûlé vif le berger allemand de son compagnon. L'animal est mort des suites de ses blessures.
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

A-t-elle commis l'irréparable par peur ou par jalousie? C'est la question que le tribunal correctionnel de Chalon-sur-Saône va devoir trancher ce lundi 3. Une femme de 38 ans est en effet jugée pour des actes de cruauté envers un animal.

Son ancien compagnon l'accuse d'avoir brûlé vif son chien et de l'avoir laissé pour mort dans un champ à Sagy, en Saône-et-Loire.

Mais l'animal, qui se prénommait Fudji et qui était âgé de neuf ans, était encore bien vivant après avoir vécu l'atrocité infligée par la compagne de son maître.

A voir aussi: Ils tuent leur chienne en la traînant en voiture et écopent d'une simple amende

Malheureusement, et malgré les dix jours de soins qu'il a subi dans une clinique vétérinaire, le chien est décédé suite à ses blessures gravissimes a relaté France Bleu Bourgogne.

L'éleveuse de chiens non professionnelle a avoué les faits aux enquêteurs et a expliqué avoir agi par peur, ce que conteste son désormais ancien compagnon.

Son avocate, maître Isabelle Terrin a ainsi indiqué qu'il existait "un conflit entre cette femme à l'époque la compagne du maître de Fudji, et l'animal". En d'autres termes l'avocate du chien défunt et de son maître, qui entretenaient une relation fusionnelle, pense que la suspecte a agi par jalousie.

Maître Isabelle Terrin espère que "ce geste abominable" sera sévèrement puni. Elle compte ainsi demander "une peine d'emprisonnement ferme ou avec sursis, ce sera au tribunal d'en décider. Il faut une réponse judiciaire forte".

La trentenaire risque jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Dans ce procès qui a lieu ce lundi, la SPA et la Fondation 30 Millions d'Amis se sont portées parties civiles. L'affaire avait en outre été médiatisée et des centaines de généreux donateurs avaient participé à une cagnotte pour financer les soins du chien, qui n'a cependant pas survécu.

A lire aussi:

Savoie: une sexagénaire se tue en voulant sauver son chien tombé dans le vide

Val-d'Oise: un chien maltraité retrouvé "en très mauvais état"

Ils retrouvent leur chien 6 mois après à 400km de chez eux

Le berger allemand qui a été brûlé vif n'a pas survécu à ses blessures.


Commentaires

-