A chaque like sous ses photos Facebook, elle était rouée de coups par son compagnon (photos)

A chaque like sous ses photos Facebook, elle était rouée de coups par son compagnon (photos)

Publié le :

Mercredi 27 Décembre 2017 - 16:11

Mise à jour :

Mercredi 27 Décembre 2017 - 16:17
© DANIEL MIHAILESCU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une jeune femme de 21 ans d'origine paraguayenne a été sauvée de son compagnon mardi dernier. Il la frappait sauvagement à chaque like sous ses selfies sur Facebook. Elle a dû subir de la chirurgie reconstructrice.

Adolfina Camelli Ortigoza, une jeune Paraguayenne de 21 ans, a été rouée de coups par son compagnon. Elle a finalement été secourue, c'est le père de l'homme qui la battait qui est allé dénoncer son fils à la police a révélé le Mirror mardi 19.

A chaque commentaire positif ou like de la part d'un homme sur son compte Facebook, elle recevait des coups de Pedro Heriberto Galeano, 32 ans. "Il contrôlait les réseaux sociaux de la victime, il contrôlait tous ses messages, toutes ses photos. Et pour chaque like qu'elle recevait d'un homme il la frappait, car il était jaloux", a expliqué l'avocat de la victime.

A voir aussi: Paris: "parce qu'elle l'énervait", il bat à mort sa femme et abandonne son cadavre dans une poubelle du quartier Montparnasse

Il l'avait finalement rouée de coups à tel point que la jolie brune a du recourir à des opérations de chirurgie réparatrice pour se soigner car ce n'était pas la première fois que son compagnon la frappait avec une telle violence. Son visage tuméfié était aussi complètement défiguré.

"Sa bouche était cassée, elle était très abimée, sa peau pendait à cause des coups", "il lui mettait un linge dans la bouche pour qu'elle ne crie pas pendant les brutales bastonnades qu'elle subissait chaque jour" , a ajouté l'avocat d'Adolfina Camelli Ortigoza qui est maintenant saine et sauve, en sécurité.

Le cauchemar de la jeune femme a finalement pris fin au milieu du mois de décembre après que le père de son bourreau l'a dénoncé à la police. Pedro Heriberto Galeano, accusé de fémicide, de privation de liberté et de coercition, risque aujourd'hui trente ans de prison au Paraguay.

Adolfina Camelli Ortigoza était régulièrement battue par son compagnon jaloux. (Illustration)


Commentaires

-