Charente-Maritime: il retrouve ses pneus crevés 18 fois en 5 mois

Charente-Maritime: il retrouve ses pneus crevés 18 fois en 5 mois

Publié le :

Mardi 22 Mai 2018 - 13:51

Mise à jour :

Mardi 22 Mai 2018 - 13:53
Un propriétaire de plusieurs voitures dans la commune de Gua, près de Royan en Charente-Maritime, a retrouvé ses pneus crevés 18 fois depuis décembre dernier. Il est la seule victime de son quartier et ne comprend pas cet acharnement, la police a été saisie de l'affaire.
© JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il ne sait pas qui pourrait lui en vouloir à ce point. Un habitant de Gua, près de Royan en Charente-Maritime, a retrouvé les pneus de ses voitures crevés à 18 reprises depuis le mois de décembre 2017.

En cinq mois donc les pneus des différentes voitures de cet homme, garées  dans l'enceinte de son domicile ou encore sur le trottoir, ont été lacérés à coups de couteau. Ce sont d'ailleurs les seuls véhicules du voisinage à avoir été vandalisés.

Le propriétaire, qui ignore qui pourrait lui vouloir du mal comme l'a précisé Sud Ouest, s'est rapproché de la gendarmerie de Marennes depuis les premiers moments de l'affaire qui a créé un sentiment d'insécurité dans le quartier.

A voir aussi: La femme de 83 ans crevait des pneus et rayait des portières pour se "venger", amende avec sursis

Les militaires n'ont cependant toujours pas découvert qui pourrait être à l'origine de ces crevaisons à répétition. Le propriétaire des voitures demande aux forces de l'ordre de procéder à des patrouilles récurrentes dans son quartier et dans sa rue. En particulier lors des week-ends: le samedi et le dimanche semblent en effet être les jours favoris du ou des suspects.

Une affaire similaire a été jugée vendredi 18 à Bordeaux. Le tribunal correctionnel a condamné Gilles Sarrailh à une peine de 18 mois de prison dont 12 ferme, une mise à l'épreuve et trois ans d'obligation de soins. Il a été reconnu coupable d'avoir crevé les pneus de 6.000 voitures dans l'agglomération bordelaise entre 2011 et 2017. Maltraité sexuellement dans son enfance, il se disait en colère contre la société.

La police avait enquêté durant deux longues années avant de l'identifier.

Le propriétaire des voitures dont les pneus sont régulièrement crevés ignore qui pourrait lui en vouloir à ce point.


Commentaires

-