Cher: renvoi aux assises pour un médecin accusé du viol de 37 patientes

Cher: renvoi aux assises pour un médecin accusé du viol de 37 patientes

Publié le :

Vendredi 30 Décembre 2016 - 15:58

Mise à jour :

Vendredi 30 Décembre 2016 - 16:01
Il est accusé d'avoir violé 37 patientes et filmé certaines de ses consultations à leur insu. Un ancien médecin généraliste du Cher a été renvoyé devant les assises du Cher.
©Thomas Bresson/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Un ancien médecin généraliste du Cher, accusé d'avoir violé 37 patientes et filmé certaines de ses consultations à leur insu, a été renvoyé devant les assises du Cher, a-t-on appris ce vendredi 30 auprès du parquet de Bourges.

Le médecin d'Argent-sur-Sauldre (Cher), âgé de 67 ans, avait été mis en examen en décembre 2014 pour viols par personne abusant de l'autorité que lui confèrent ses fonctions, et atteinte à l'intimité de la vie privée en fixant l'image d'une personne sans son consentement. Certaines de ses victimes étaient mineures au moment des faits.

Placé en détention provisoire en décembre 2014 puis remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire en juin 2015, il a été renvoyé le 23 décembre devant la cour d'assises du Cher.

Deux patientes, dont une âgée de 18 ans, avaient dans un premier temps porté plainte fin 2014, affirmant que le praticien leur avait fait subir des pénétrations digitales. Des vidéos montrant une dizaine de victimes avaient ensuite été saisies par les enquêteurs. Après un appel à victimes lancé par le juge, 35 autres patientes avaient déposé plainte pour des faits qui auraient été commis entre 2005 et 2014.

Devant le juge des libertés et de la détention, l'homme avait reconnu avoir filmé certaines patientes, mais nié les viols. Pour lui, il s'agissait de pratiques médicales classiques dans le cadre d'examens gynécologiques que pratiquent parfois les médecins généralistes, en particulier à la campagne.

 

Il est accusé d'avoir violé 37 patientes et filmé certaines de ses consultations à leur insu.


Commentaires

-