Chirurgien violeur d'enfants: la pire affaire de pédophilie en France?

Chirurgien violeur d'enfants: la pire affaire de pédophilie en France?

Publié le :

Jeudi 22 Août 2019 - 17:19

Mise à jour :

Jeudi 22 Août 2019 - 17:47
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Joël Le Scouarnec va comparaître en 2020 pour au moins quatre affaires de viols ou d'abus sexuels sur des enfants. Mais les enquêteurs cherchent à savoir si les 200 noms recensés dans ses journaux intimes pervers correspondent à de nouvelles petites victimes, ce qui en ferait le pire prédateur sexuel des dernières décennies.

La France vient, peut-être, de découvrir le pire pédophile de son histoire pénale. Joël Le Scouarnec, un chirurgien sexagénaire en détention depuis 2017, sera jugé par une cour d’assises en 2020 dans quatre affaires de viols ou d’atteintes sexuelles sur quatre très jeunes enfants. L’homme, qui reste présumé innocent et qui nie les actes de pénétration, a surtout produits de nombreux journaux intimes retrouvés à son domicile, au milieu des perruques, des sex-toys et des poupées. Il évoque des relations sexuelles avec des enfants et où environ 200 noms sont référencés.

Difficile de savoir pour l’instant si les écrits du chirurgien de Jonzac en Charente-Maritime relatent des faits réels, qui tombent donc sous le coup de la loi, ou des fantasmes. Les enquêteurs recherchent actuellement ces personnes pour savoir si elles ont pu être victime du médecin pervers. Une tâche difficile, certains faits remontant aux années 1990 et ayant été décrits dans les journaux intimes comme commis dans des situations où la victime n’était pas consciente, par exemple dans une salle de réveil.

Il est donc encore prématuré de dire que Joël Le Scouarnec est accusé d’avoir violé 200 enfants. Mais si tel était le cas, l’homme surpasserait –et de loin– les pires affaires de pédophilie des dernières décennies.

> 2019: Jean-Christophe Quenot, expatrié et pédophile – 50 victimes présumées

Cet homme de 51 ans, professeur de français installé à Singapour est soupçonné d’avoir violé une cinquantaine de victimes, généralement des garçons âgés de moins de 15 ans, dans plusieurs pays d’Asie. Il a été appréhendé le 30 mars dernier à Besançon, lors d’un passage en France, après avoir été arrêté dans un premier temps en février en Thaïlande. En garde à vue, il a reconnu la quasi-totalité des faits. Il reste cependant présumé innocent dans l'attente de son procès.

> 2016: Thierry Darentière, l’humanitaire prédateur – 66 victimes

Le profil était glaçant, tout comme les faits. En 2016, la cour d’assises des Yvelines condamnait un "honorable" directeur de maison de retraite pour des actes d’une cruauté inouïe sur de très jeunes mineurs au Sri Lanka, en Egypte et en Tunisie. Sous couvert de missions humanitaires, l’homme approchait des jeunes garçons et les poussait, contre des sommes dérisoires, à se livrer à des déviances extrêmes sous l’œil de la caméra, avec en fond sonore la musique des "Enfoirés". Certaines images ne seront jamais dévoilées aux jurés pour les préserver. Thierry Darentière a écopé de 16 ans de prison ferme.

> 2015: Romain Farina, l’instituteur de Villefontaine – 45 victimes possibles

En 2015, ce directeur d’école dont le casier judiciaire comportait déjà une condamnation pour recel de pédopornographie, ce qui ne l’a pas empêché de poursuivre sa carrière, était arrêté. L’homme était soupçonné d’abuser des enfants, notamment en pratiquant de sordides "ateliers du goûts" pour se faire prodiguer des fellations, en abusant de son autorité de maître d’école. Il détenait également 500.000 photos et 11.000 vidéos pédopornographiques. L’homme s’est suicidé dans sa cellule en avril 2016. Si la justice avait finalement retenu des charges suffisantes dans 45 dossiers, Romain farina ne sera jamais jugé.

> 2005: La misère sociale du réseau pédophile d’Angers – 45 victimes

L’affaire est hors norme: 45 petites victimes certes, mais surtout pas moins de 66 personnes dans le box des accusés, le procès devant même se tenir dans une salle aménagée pour l’occasion. Les accusés sont soupçonnés d’avoir participer, avec plus ou moins de compromission dans cette sordide affaire, à un réseau de pédophilie de "voisinage" et même "familial" où des enfants étaient livrés aux mains de pervers contre des cigarettes ou des colis de la banque alimentaire. Circonstance embarrassante: les principaux accusés faisaient l’objet de mesures d’assistance maternelle ou sociale. Les principaux accusés ont écopé de peine allant jusqu’à 28 ans de prison. En première instance, ce sont finalement 63 des 66 accusés qui seront condamnés.

> 1997-2000: Outreau, le naufrage - 12 victimes

L’affaire d’Outreau restera sans nul doute dans les annales de l’histoire judiciaire française comme un échec majeur, entre une instruction décriée, 13 acquittements (en première instance en 204 ou en appel en 2005) pour des suspects qui ont passé plusieurs années en détention provisoire, un homme finissant même par se suicider. Mais l’histoire judiciaire occulte le fond de l’affaire: il y a bien eu des enfants victimes d’abus sexuel dans cette affaire. Douze enfants ont été reconnus victimes des viols perpétrés par deux couples, les Delay-Badaoui et les Delplanque-Grenon. Les premiers ont été condamnés à 15 et 20 ans de prison, les seconds à quatre et six ans.

L'affaire du chirurgien pédophile pourrait être le pire cas d'abus d'enfants en France.


Commentaires

-