CHU de Nantes: une femme de 78 ans meurt après avoir été battue par sa voisine de chambre

CHU de Nantes: une femme de 78 ans meurt après avoir été battue par sa voisine de chambre

Publié le :

Jeudi 24 Novembre 2016 - 10:35

Mise à jour :

Jeudi 24 Novembre 2016 - 10:43
©Shaun Best/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une septuagénaire hospitalisée depuis plusieurs semaines au CHU de Nantes est morte mardi dans des conditions suspectes. Elle avait subi des violences la veille de la part de sa voisine de chambre.

La patiente est-elle morte dans sa chambre d’hôpital après avoir été brutalisée par sa voisine de chambre? L’affaire est très sérieuse pour le CHU de Nantes, déjà dans le collimateur après le décès suspects de trois patients se faisant soigner pour un cancer. Une femme de 78 ans est décédée mardi 22 dans l’établissement alors qu’elle avait subi des violences peu de temps avant de la part d’une autre malade, violences qui ont été relevées par le personnel de l’hôpital.

La victime était entrée au service de gastro-hépato-entérologie de l'établissement il y a plusieurs semaines déjà. Dans la nuit du lundi 21 au mardi 22, une voisine la violente. Les détails de l’agression, et surtout les motifs, ne sont pas clairs. Il a fallu cependant l’intervention des aide-soignants pour séparer les deux femmes, et le personnel a immédiatement signalé l’incident à sa hiérarchie.

Le mardi 22, vers 14 heures, le décès de la septuagénaire a été constaté. Devant l’enchaînement suspect des deux événements, le médecin en charge du service a alerté la police, craignant un lien de cause à effet entre les deux événements.

Une autopsie a été réalisée et, selon les informations du journal Presse Océan, le médecin légiste estime que la mort était liée à la maladie dont souffrait la femme. Une enquête a cependant été ouverte pour essayer de comprendre si les violences subies dans la nuit ont pu favoriser la survenue du décès.

La voisine ayant commis l’agression n’avait pas fait l’objet d’un quelconque signalement sur une dangerosité éventuelle. 

 

La patiente était hospitalisée depuis plusieurs semaines.


Commentaires

-