Cohiniac: la femme retrouvée morte et en partie dénudée dans une ferme abandonnée a été identifiée

Cohiniac: la femme retrouvée morte et en partie dénudée dans une ferme abandonnée a été identifiée

Publié le :

Mercredi 10 Mai 2017 - 15:49

Mise à jour :

Mercredi 10 Mai 2017 - 15:57
©Martin Le Roy/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le cadavre d'une femme d'une trentaine d'années a été retrouvée dimanche en partie dénudé sur le terrain d'une ferme abandonnée sur la commune de Cohiniac (Côtes-d'Armor). La victime vient d'être identifiée: il s'agit d'une mère de famille qui n'a plus donné signe de vie depuis deux semaines.

L'enquête avance dans l'affaire du cadavre de femme en partie dénudé retrouvé dimanche 7 sur le terrain d'une ferme abandonnée dans la petite commune rurale de Cohiniac dans le département des Côtes-d'Armor.

Une autopsie a permis de confirmer ce que l'enquête pressentait mais ne voulait pas formellement avancer tant que les experts n'avaient pas rendu leurs conclusions: le cadavre est bien celui de Claire Bouchaud, une femme de 35 ans résidant à Saint-Pever, à une quinzaine de kilomètres des lieux de la macabre découverte. L'ADN a confirmé ce qui était pressenti, sans doute possible.

La victime avait quitté son domicile l'après-midi du 22 avril pour aller se rendre à un vide-grenier. Elle n'a, depuis, plus jamais donné le moindre signe de vie. Son entourage s'est inquiété de ne pas la voir reprendre son travail le lundi 24, ni d'être allée chercher sa petite-fille de 4 ans an vacances chez des grands-parents. Une première battue, rassemblant près de 150 personnes, avait été lancée à l'initiative de la famille le 1er mai à Saint-Péver, puis une seconde le 6 mai, menée par l'Association de recherche des personnes disparues (ARPD).

Cependant, si l'identité va permettre à l'investigation de progresser pour faire la lumière sur les événements, les zones d'ombre restent très nombreuses. Les causes de la mort n'ont ainsi pas encore été pleinement éclaircies. Les gendarmes locaux en charge de l'enquête privilégie largement la thèse de l'homicide.

La dépouille de la victime, a été découverte par un promeneur ayant pris ce chemin du lieu-dit Le-Clos-d'en-bas lors d'une promenade. 

Les gendarmes privilégient largement la thèse de l'homicide.


Commentaires

-