Collégienne grièvement brûlée: son agresseuse était victime de harcèlement

Collégienne grièvement brûlée: son agresseuse était victime de harcèlement

Publié le :

Vendredi 26 Mai 2017 - 11:08

Mise à jour :

Vendredi 26 Mai 2017 - 11:15
©Jeff Pachoud/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une jeune fille a été aspergée de liquide inflammable par l'une de ses camarades dans un collège de Seynod en Haute-Savoie, mercredi. Depuis, la victime a été transportée à l'hôpital, l'enquête suit son court et son agresseuse a été placée en garde-à-vue. Il semblerait que cette dernière ait été victime d'harcèlement depuis plus d'un an.

Une collégienne a été aspergée de liquide inflammable par l'une de ses camarades mercredi 24. L'agression a eu lieu au collège Le Semonz à Seynod, en Haute-Savoie, durant la récréation de 10h. Gravement brûlée à la tête, au épaules et au dos, la victime, âgée d'une quinzaine d'année, a été transportée à l'hôpital en urgence, tant son état de santé était critique.

Placée en garde à vue, prolongée par la suite, l'agresseuse a dû répondre de ses actes et à l'accusation de "tentative d'assassinat". Les enquêteurs voulaient notamment savoir pourquoi la jeune fille, pas plus âgée que sa victime, avait commis un tel acte.

Pour ses proches, dont les propos ont été recueillis par Le Parisien, la jeune agresseuse était harcelée au collège depuis un an et demi. "Après une altercation, on a essayé de régler le problème avec le collège (...). Je pense très sincèrement que ma fille s'est sentie isolée, incomprise. Et elle a pété les plombs", a expliqué sa mère qui a en outre décrit sa fille comme "calme", à l'image de tous ses proches.

De l'avis de tous, la jeune fille ne parlait plus de ses problèmes aux adultes et vivait une période difficile, due à son harcèlement au collège. "Ma sœur s'est fait frapper par cette fille dans l'enceinte du collège. Elle a été humiliée. Elle est même allée chez le médecin. C'est horrible. (...) Elle n'a jamais emmerdé personne. Mais en revanche elle s'est fait emmerder. Des gamins se suicident pour du harcèlement. Il y en a d'autres qui pètent les plombs", a déclaré sa grande sœur qui, comme tous, ne sait pas ce qui a entraîné ce harcèlement.

Le drame a eu lieu pendant la récréation de 10h.


Commentaires

-