Colombes: les animateurs d'une colonie de vacances mimaient des scènes d'exécutions

Mauvais goût

Colombes: les animateurs d'une colonie de vacances mimaient des scènes d'exécutions

Publié le :

Vendredi 21 Novembre 2014 - 18:13

Mise à jour :

Samedi 22 Novembre 2014 - 17:11
Quatre animateurs de la ville de Colombes dans les Hauts-de-Seine ont été suspendus pour avoir fait de clichés mimant des exécutions lors d'une colonie de vacances.
©Capture d'écran Google Street View
PARTAGER :
-A +A

Un "otage" agenouillé, un couteau sous la gorge, des geôliers cagoulés et armés, c'est le genre de clichés que se sont "amusés" à réalisé 4 animateurs de la Colombes (Hauts-de-Seine) à l'occasion d'une colonie de vacances à Groix dans le Morbihan. Des clichés qui n'ont guère amusé le maire de Colombes, Nicole Gueta qui a déposé plainte auprès du procureur de la République de Nanterre contre quatre de ses agents, un titulaire et trois vacataires pour délit d'apologie d'acte de terrorisme. Elle les a également suspendus de leurs fonctions et a engagé une procédure disciplinaire.

"Nous préparions une exposition avec les photos des séjours de colonie de vacances organisés par la ville au mois d'août sur l'île de Groix" a  expliqué l'élu au Parisien. "Ils nous ont remis une clé USB avec ces photos, sur lesquelles ils simulent des actes de torture et de barbarie. Il y en a 18. Sur l'une d'entre elles, on voit un enfant au coin, assis par terre, le regard terrorisé. Mais on ne voit que le pied d'un animateur" a-t-elle ajouté.

"La seule existence de ces photos m'oblige à agir avec fermeté. Je veux savoir dans quelle mesure les enfants de Colombes ont pu assister à de telles scènes. Pour le reste et vu le contexte international, il reviendra aux services de police et à la justice de savoir si ces agents sont perméables aux thèses de l'islamisme radical" a affirmé Nicole Goueta.

Ces clichés de très mauvais goût reprennent en partie les codes d'une scène d'exécution d'otages, comme celles que les djihadistes de Daech répandent sur Internet.

La mairie de Colombes a suspendu les auteurs de ces clichés.

Commentaires

-