Compiègne: des logements sociaux proposés gratuitement pour repeupler un quartier ravagé par la délinquance et le trafic de drogue

Mesure radicale

Compiègne: des logements sociaux proposés gratuitement pour repeupler un quartier ravagé par la délinquance et le trafic de drogue

Publié le :

Mardi 11 Avril 2017 - 18:02

Mise à jour :

Mardi 11 Avril 2017 - 18:17
Le quartier du "Clos des roses" à Compiègne (Oise) est arrivé à un tel niveau de délinquance que les logements sociaux sont maintenant inoccupés. L'office public gérant les appartements a donc décidé de les proposer gratuitement pendant plusieurs mois.
©Jon Santa Cruz/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

C'est un quartier dont le niveau de délinquance est devenu si élevé que les logements n'ont plus de valeur locative. Au sens propre. L’Office public d’aménagement et de construction (Opac) de l’Oise, d'après les informations du Courrier picard, prévoit, pour repeupler plusieurs logements sociaux de Compiègne vidés de leurs habitants, de les proposer à la location pour la somme de zéro euro, au moins de manière temporaire.

C'est en effet la mesure radicale que l'OPAC a trouvé pour convaincre des personnes en recherche d'un logement social d'accepter d'occuper trois bâtiments de la cité dite du "Clos des Roses". L'endroit a été qualifié dans les médias de quartier "abandonné aux dealers",  et les habitants ont fini par plier bagages pour ne plus avoir à subir les nuisances, voire les dangers, du trafic de drogue largement développé sur le secteur. L'Opac avait fini par murer plusieurs entrées des immeubles et organiser le déménagement des derniers habitants.

La situation était tellement délétère que l'Opac envisageait même la destruction des bâtiments, ce que la mairie a refusé. Reste donc à occuper les immeubles pour ne pas qu'ils soient définitivement abandonnés. Et l'office public joue donc la carte du portefeuille avec une offre attractive, au moins financièrement. Ceux qui accepteront donc de loger dans ces appartements auront "droit" à quatre mois gratuit pour les dix premiers qui accepteront l'offre et trois mois pour les dix suivants. Reste à savoir si ce "cadeau" suffira à ramener des habitants qui pourront supporter l'ambiance du quartier qui doit théoriquement faire l'objet de renforts policiers. Sans doute l'initiative de la dernière chance.

Le secteur est largement touché par le trafic de drogue.

Commentaires

-