Concarneau: deux phoques retrouvés décapités, l'enquête s'enlise

Concarneau: deux phoques retrouvés décapités, l'enquête s'enlise

Publié le :

Jeudi 25 Avril 2019 - 14:58

Mise à jour :

Jeudi 25 Avril 2019 - 15:11
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Depuis février, deux phoques ont été découverts décapités dans le secteur de Concarneau dans le Finistère. La piste d'un acte humain ne fait guère de doutes mais les enquêteurs ne parviennent pas à identifier le sadique à l'origine de ces actes de cruauté.

C’est bien vers la piste d’un acte de cruauté animale perpétrée par un sadique que les enquêteurs semblent s’orienter. Depuis le mois de février, comme le rapporte le journal local Le Télégramme, la gendarmerie maritime de Concarneau recherche celui ou ceux qui ont décapité au moins deux phoques, sans raison apparente, le tout accompagné de mises en scène macabres.

Mi-février, une tête de phoque est retrouvée immergée et attachée à un cordage au bout d’une digue dans le port de Concarneau dans le département du Finistère. Le reste du corps de l’animal sera retrouvé le 10 mars par une promeneuse toujours à Concarneau, dans un état de décomposition avancé.

Le 18 mars, un nouveau corps de phoque, décapité, a été découvert à Trégunc, une commune adjacente. Là encore, les marques sur la dépouille montrent que la tête a été soigneusement séparée du corps par un geste effectué par un homme. Selon les enquêteurs, le geste a été réalisé avec un objet tranchant, et certains indices laissent penser que l’acte a été commis par quelqu’un issu "du monde de la mer", probablement un pêcheur ou un plaisancier.

Lire aussi - Antibes: Marineland visé par une plainte pour cruauté envers une orque

Le parquet de Quimper s’est saisi de l’enquête mais les investigations sont pour l’instant difficiles. La gendarmerie admet ne pas avoir d’éléments probants pour l’orienter vers une piste particulière, faute de témoignage permettant à la vérité d’éclater.

En 2018, au moins cinq phoques avaient déjà été décapités ou mutilés de la sorte dans le secteur de Boulogne-sur-Mer et de Gravelines sans que les auteurs ne soient formellement identifiés.

Voir aussi:

Cruauté animale: bientôt un crime fédéral aux Etats-Unis?

Une notaire condamnée pour des actes de cruauté envers ses 42 animaux

Deux phoques ont été découverts décapités, une tête ayant été retrouvée.

Commentaires

-