Concours de médecine: 8.450 étudiants vont devoir repasser l'épreuve dite d'internat

Concours de médecine: 8.450 étudiants vont devoir repasser l'épreuve dite d'internat

Publié le :

Mercredi 21 Juin 2017 - 18:08

Mise à jour :

Mercredi 21 Juin 2017 - 18:19
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les étudiants en médecine des épreuves "classantes nationales informatisées (ECNi)", devront repasser jeudi l'analyse de dossiers cliniques progressifs. Le sujet proposé ressemblait trop à l'examen de 2016, et avait donc été travaillé dans certaines prépas privées.

Depuis qu'ils ont appris la nouvelle, les étudiants en sixième année de médecine ne décolèrent pas. Lundi 19, ils ont été 8.450 candidats aux ECNi (épreuves classantes nationales, ou l'épreuve dite d'internat) à plancher sur un sujet dans le cadre de l'épreuve d'analyse de dossiers cliniques progressifs. Mais ce mercredi 21, même si la rumeur courrait depuis deux jours, ils ont eu la confirmation qu'ils devront la repasser dès jeudi 22, car il y a eu un doublon par rapport à l'examen de 2016. "Il a été signalé au jury que cette épreuve comprenait un dossier très similaire à l’une des épreuves des ECN tests de l’année 2016" a expliqué via un communiqué le ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.

Certains étudiants auraient donc été favorisés si cette épreuve avait été maintenue telle quelle, puisque ce sujet avait également été travaillé dans certaines prépas privées.

La colère des étudiants en sixième année de médecine est d'autant plus grande que ces ECNi sont importantes, puisque de ces résultats de cette examen dépendent leur spécialité et leur affection.

Beaucoup d'étudiants se sont toutefois montrés satisfaits de la reprogrammation de cet examen, trouvant plus juste que tous soient sur le même pied d'égalité. D'autres ont mis en place une pétition pour n'annuler que la partie de l'épreuve concernée par le doublon. Pétition qui n'a pas été prise en compte par le jury malgré les plus de 3.000 signatures.

L'Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) a publié un communiqué pour afficher sa colère, bien qu'il ne soit plus possible de faire quoique ce soit pour cette année. Ils souhaitent cependant qu'une telle situation ne se reproduise plus et demande notamment qu'une "véritable réflexion de fond sur la sécurité des sujets des concours nationaux" ait lieu, et "sans attendre".

La colère des étudiants en sixième année de médecine est d'autant plus grande que ces ECNi sont importantes, puisque de ces résultats de cette examen dépendent leur spécialité et leur affection. (illustration)

Commentaires

-