Condamné, Maître Eolas quitte Twitter

Condamné, Maître Eolas quitte Twitter

Publié le :

Mardi 06 Octobre 2015 - 20:05

Mise à jour :

Mardi 06 Octobre 2015 - 20:11
©DR
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le célèbre avocat blogueur connu sous le pseudonyme de Maître Eolas a fermé ce mardi son compte Twitter. Il venait d'être condamné pour injure et diffamation à l'égard de l'Institut pour la justice suite à des tweets postés en 2011.

"Désolé, cette page n'existe plus". C'est ce qu'on pu trouver sur Twitter les followers de Maître Eolas. L'avocat blogueur dissimulé derrière ce pseudonyme et auteur du très suivi Journal d'un avocat, a claqué la porte du réseau social ce mardi suite à sa condamnation pour injure et diffamation. Un petit tremblement de terre dans le monde des tweetos français qui étaient 186.000 à suivre Maître Eolas. Départ temporaire sous le coup de la colère ou définitif, nul ne le sait pour l'instant.

L'avocat a été condamné ce mardi à 2.000 euros d’amende avec sursis et de 5.000 euros de dommages et intérêts pour une série de tweets à l'encontre de l'Institut pour la justice (IPJ). Une organisation qui se définit comme "une association de citoyens, de victimes et d’experts mobilisés pour promouvoir une justice plus protectrice des citoyens et plus équitable vis-à-vis des victimes".

En 2011, l'IPJ avait lancé un "pacte 2012 pour la justice" demandant notamment une plus grande fermeté à l'égard des délinquants. L'association affirmait avoir collecté plus d'1,5 million de signatures.

Un internaute avait demandé à Maître Eolas son opinion sur ce texte. Il avait répondu lyriquement: "je me torcherais bien avec l’Institut pour la justice si je n’avais pas peur de salir mon caca". De quoi constituer une injure pour les juges, bien que la défense a argué que cette déclaration visait le "pacte 2012" et non l'IPJ.

Pour ce qui est de la difamation, Maître Eolas avait affirmé que le compteur de signatures de l'IPJ était "bidon". Une idée qu'il a tenté de défendre à l'audience, mais en précisant bien qu'il n'avait jamais accusé l'IPJ d'être à l'origine des erreurs de comptages.

Dans un communiqué, l'IPJ s'est réjouie "de voir son honneur, son intégrité et son honnêteté rétablis".

 

Maître Eolas a choisi de quitter Twitter après sa condamnation, ce mardi.

Commentaires

-