Condamné pour avoir tenté d'étrangler sa compagne avec sa ceinture

Ille-et-Vilaine

Condamné pour avoir tenté d'étrangler sa compagne avec sa ceinture

Publié le :

Jeudi 09 Août 2018 - 07:40

Mise à jour :

Jeudi 09 Août 2018 - 07:40
Un homme de 32 ans a été condamné par la justice mercredi après avoir tenté, alors qu'il était ivre, d'étrangler sa compagne avec une ceinture en juillet dernier, à Iffendic, en Ille-et-Vilaine.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le tribunal correctionnel de Rennes a condamné pour violences conjugales mercredi 8 un homme à dix mois de prison avec sursis, assortis d'une mise à l'épreuve et d'une obligation de soins, ainsi qu'une interdiction de se rendre dans des lieux de débit de boissons.

L'individu, âgé de 32 ans, avait tenté le 24 juillet dernier, au petit matin, à Iffendic en Ille-et-Vilaine, d'étrangler sa compagne avec sa ceinture, alors qu'il était sous l'emprise de l'alcool.

L'alcool, c'est justement ce qui avait incité la victime à mettre le trentenaire à la porte.

Car ce jour-là, ce qui a déclenché la colère de l'accusé, c'est de rentrer, ivre, vers 6h du matin, et de retrouver toutes ses affaires dans des sacs plastiques devant chez lui.

Il était censé rentrer bien plus tôt, pour garder les enfants du couple, avant que sa compagne ne parte au travail.

Lire aussi: violences conjugales - elle est battue pendant 56 ans, son mari condamné

La jeune femme avait réussi à lui échapper et à prévenir les gendarmes, qui ont dû utiliser un taser à deux reprises pour le neutraliser, tant il était violent et incontrôlable.

"Je ne me souviens pas trop", a dit cet homme en reconnaissant les faits devant le procureur mercredi, selon les propos rapportés par Ouest-France.

A la barre, la victime n'a fait que défendre son compagnon: "Quand il est à jeun, je n'ai rien à lui reprocher", a-t-elle notamment déclaré. Ou encore: "C'est quelqu'un de respectueux quand il n'a pas bu".

Et aussi:

Violences conjugales: mieux prendre en charge les enfants, victimes collatérales

En 2016, plus de 85.000 victimes ont déposé plainte pour violences conjugales

Violences conjugales en France: 144 morts en 2015

Un homme de 32 ans a été condamné mercredi à dix mois de prison avec sursis, assortis d'une mise à l'épreuve, pour violences conjugales.

Commentaires

-