Considéré comme n'étant pas gay par l'administration faute de petit ami, il risque l'expulsion en Malaisie et la prison

Considéré comme n'étant pas gay par l'administration faute de petit ami, il risque l'expulsion en Malaisie et la prison

Publié le :

Vendredi 22 Février 2019 - 11:18

Mise à jour :

Vendredi 22 Février 2019 - 11:32
© RAUL ARBOLEDA / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un ressortissant malaisien qui a fui son pays pour échapper à la prison car étant homosexuel risque l'expulsion du Royaume-Uni. L'administration britannique estime que cet homme, qui n'a pas de petit ami et a été marié avec une femme, ne peut pas réellement prouver son orientation sexuelle.

Son problème administratif étrange pourrait lui valoir l'expulsion et de graves conséquences judiciaires dans son pays d'origine. Un homme de 67 ans de nationalité malaisienne risque l'expulsion du Royaume-Uni car il ne parvient pas à prouver aux yeux des services de l'immigration britannique qu'il est bien homosexuel, n'ayant pas de petit ami. Les autorités estiment donc que ce père de deux enfants ment sur son orientation sexuelle pour ne par être renvoyé dans son pays.

Yew Fook Sam, 67 ans, s'est en effet marié avec une femme qui l'a quitté à la fin des années 1980, en partant avec ses deux enfants, lorsqu'elle a découvert que son mari était en réalité homosexuel. L'homme a quitté la Malaisie en 2005 pour le Royaume-Uni avec un simple visa de touriste et n'est jamais reparti.

Travaillant illégalement pendant une dizaine d'années, il est finalement arrêté en 2016. Depuis, l'administration britannique coince sur son dossier complexe. L'homme demande en effet à ne pas être renvoyé en Malaisie, expliquant être gay, ce qui peut être passible de 20 ans de prison dans le pays. Si des peines de prison aussi lourdes sont rares, des Malaisiens sont bel et bien emprisonnés, souvent dans des conditions difficiles, pour avoir avoir des relations homosexuelles consenties.

Lire aussi: Au Kenya, les gays s'en remettent à Dieu avant un jugement historique

Mais l'administration britannique soupçonne que le sexagénaire, une figure connue de longue date dans la communauté gay de Liverpool, ne soit pas réellement homosexuel. En cause: l'homme n'a effectivement pas de relation sexuelle avec des hommes. Ni avec des femmes d'ailleurs, Yew Fook Sam estimant "ne pas avoir besoin de sexe"

Le ressortissant malaisien doit aujourd'hui apporter de nouvelles preuves pour persuader le bureau de l'immigration lors d'un prochain examen. Contacté par la presse britannique (voir ici), l'administration a refusé de commenter l'affaire.

Voir aussi:

Egypte: un an de prison pour un présentateur TV pour avoir interviewé un gay

Oui au marché, mais le mariage gay attendra: Cuba rénove sa Constitution

L'homme, pourtant bien intégrée dans la communauté gay locale, risque l'expulsion.


Commentaires

-