Coq décapité: Bixente Larralde poursuivi pour cruauté animale

Coq décapité: Bixente Larralde poursuivi pour cruauté animale

Publié le :

Mercredi 14 Août 2019 - 12:36

Mise à jour :

Mercredi 14 Août 2019 - 12:40
© Frank Rumpenhorst / dpa/AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Bixente Larralde, le joueur de pelote basque filmé décapitant un coq avec ses dents, va être poursuivi en justice pour cruauté animale. Il risque jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

La plainte de la fondation Brigitte Bardot a été prise en compte. Selon France Bleu Pays Basque, le parquet de Bayonne a décidé d'ouvrir une enquête et de poursuivre Bixente Larralde pour "actes de cruauté envers les animaux". Une accusation pour laquelle le jeune homme risque jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende. Il répondra de son terrible geste en septembre.

Bixente Larralde est un champion de pelote basque qui est dans la tourmente depuis qu'une vidéo de lui, en train de décapiter un coq avec ses dents lors d'une soirée entre amis à Hasparren (Pyrénées-Atlantiques), a été postée et relayée en masse sur les réseaux sociaux.

Daniel Raposo, un représentant local de la fondation Brigitte Bardot, est tombé sur les images et a fait remonter les éléments au siège parisien, qui a formellement déposé plainte.

Lire aussi: Il mord dans le cou d'un coq et le décapite avec ses dents

La vidéo est devenue virale et le jeune homme, qui a confié "être conscient de son mauvais geste" sur le site Mediabask, subit depuis insultes et menaces de mort. Mais il n'est pas le seul.

Un parfait homonyme est une victime collatérale de cette affaire. Il s'appelle exactement comme lui, mais a 20 ans et habite à Mont-de-Marsan. Il subit depuis le buzz des menaces de mort au quotidien. Certains internautes ont même réussi à contacter son employeur: "Ils lui ont recommandé de me virer car je suis un monstre", a-t-il lui-même confié dans Sud-Ouest.

Bixente Larralde, qui a décapité un coq avec ses dents et a été filmé, va être poursuivi en justice.


Commentaires

-