Corentin, 16 ans, jugé pour assassinat, voulait savoir ce que tuer faisait

Corentin, 16 ans, jugé pour assassinat, voulait savoir ce que tuer faisait

Publié le :

Jeudi 18 Avril 2019 - 14:43

Mise à jour :

Jeudi 18 Avril 2019 - 15:17
© Franck Fife / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le jugement de Corentin, un adolescent qui a assassiné une mère de famille en 2017 à l'âge de 15 ans, est attendu ce jeudi 18 à Cambrai. Le jeune homme a déclaré avoir tué "pour voir ce que cela faisait".

Le procès de Corentin, l'adolescent qui a reconnu avoir poignardé à mort une quinquagénaire en 2017 à près de Cambrai (Nord), s'est ouvert mardi 16 et doit prendre fin ce jeudi. Les regards sont tournés vers cet adolescent qui près de deux ans après les faits n'a pas encore fêté son 17ème anniversaire, et dont le détachement envers son crime semble défier l'entendement.

Dès son arrestation, il avait reconnu les faits, livrant de nombreux détails. Le jeune homme s'est montré aussi coopératif dans la reconnaissance des faits que dans celle de ses raisons, parfois évoquant des troubles psychiatriques, parfois machiavéliques.

Voir: Meurtre filmé à Lyon - trois mineurs algériens arrêtés en Espagne

Il avait expliqué avoir, à 15 ans, tué "pour voir ce que ça faisait". "Même s’il a bredouillé de timides excuses, on est surtout frappé par le cynisme de cet adolescent. Non seulement il n’a aucune empathie à l’égard des parties civiles mais il se révèle aussi très calculateur. Il précise par exemple qu’il voulait tuer en étant mineur pour écoper d’une peine moins lourde. Il ajoute qu’il suit des activités en détention mais pour obtenir des crédits de réduction de peine", relève l'avocat des enfants de la victime citée par Le Parisien.

Accro aux jeux vidéo dès l'enfance, disant entendre des voix et regardant de nombreuses vidéos violentes ou morbides en ligne, Corentin a connu un climat familial difficile avec une mère absente depuis la séparation des parents. "En entendant les témoignages des proches de Ginette Alvarez, il a pu en quelque sorte la personnaliser", a fait valoir son avocate, assurant de la sincérité des excuses formulées.

Corentin est jugé pour assassinat, un crime punissable de la réclusion criminelle à perpétuité pour un adulte. Mais l'accusé étant âgé de moins de 16 ans au moment des faits, l'excuse de minorité s'applique automatiquement (elle ne peut être ignorée que pour un prévenu de 16 à 18 ans). Il risque donc au maximum 20 ans de prison. Les experts psychatres ont pointé un risque de récidive.

Lire aussi:

Assassinat d'un jeune à Mourmelon: la troublante machination d'un duo de mineurs

Corentin, 16 ans, risque jusqu'à 20 années de prison.


Commentaires

-