Crash du vol EgyptAir: un iPhone et un iPad à l'origine de l'accident?

Crash du vol EgyptAir: un iPhone et un iPad à l'origine de l'accident?

Publié le :

Vendredi 26 Mai 2017 - 12:03

Mise à jour :

Vendredi 26 Mai 2017 - 12:31
©Andras Soos/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Plus d'un an après le crash de l'appareil EgytAir, les trois juges en charge d'élucider les causes de l'accident s'intéressent désormais à une nouvelle piste: celle d'un incendie dans le cockpit provoqué par un appareil Apple. Une expertise a été ordonnée et trois experts judiciaires ont été nommés pour mener à bien cette mission.

Il avait disparu des écrans radars le 19 mai 2016. Plus d'un an après le crash de l'appareil EgytAir, les trois juges français en charge d'élucider les causes de l'accident s'intéressent désormais à une nouvelle piste: celle d'un incendie dans le cockpit provoqué par un appareil Apple: un iPhone 6S et une tablette iPad mini 4 appartenant au copilote. Selon les informations divulguées par Le Parisien, l'objectif est de déterminer avec précision "si ces appareils, et notamment leurs batteries, ont pu déclencher le sinistre". Car selon les analyses des boîtes noires, de la fumée a été détecté à bord de l'appareil avant son crash en Méditerranée. Le portable et la tablette auraient donc pu prendre feu et entraîner une perte de contrôle de l'avion.

Pour confirmer ou infirmer cette hypothèse, une expertise de ces appareils Apple a donc été ordonnée. Et trois experts judiciaires ont été nommés pour mener à bien cette mission: un chercheur du CNRS, un docteur en physique des solides du ministère des Armées et une ingénieure spécialistes des piles et des batteries du ministère des Armées.

Selon le quotidien, les scientifiques vont devoir se munir de "trois iPad Mini wi-fi 3G de modèle A 1455" et "trois iPhone 6S, à la fois neufs et d'occasion" afin de les tester dans des conditions extrêmes. Le rapport des trois experts doit être transmis au juge avant le 30 septembre.

De son côté, Apple s'est dit prêt à répondre à toutes les questions des enquêteurs. La marque à la pomme a toutefois assuré qu'aucune preuve ne liait, pour le moment, cet évènement aux produits Apple, assurant que les contrôles étaient constants. "Nous testons rigoureusement nos produits afin de nous assurer qu'ils sont conformes aux standards internationaux de sécurité voire qu'ils les dépassent", a-t-elle ainsi indiqué.

Au total, l'appareil transportait 56 passagers ainsi que sept membres d'équipage et trois officiers de sécurité. Trente passagers égyptiens, 15 Français, un Britannique, un Canadien, un Belge, un Portugais, un Algérien, un Soudanais, un Tchadien, deux Irakiens, un Saoudien et un Koweïtien se trouvaient à bord. Il avait décollé de Roissy-Charles de Gaulle peu après 23h (21h GMT) et devait atterrir au Caire à 03h05 (01h05 GMT).

L'avion de la compagnie EgyptAir s'était abîmé en Méditerranée en mai 2016.

Commentaires

-