Créteil: l'homme qui voulait foncer en voiture sur les fidèles d'une mosquée serait schizophrène

Créteil: l'homme qui voulait foncer en voiture sur les fidèles d'une mosquée serait schizophrène

Publié le :

Vendredi 30 Juin 2017 - 17:31

Mise à jour :

Vendredi 30 Juin 2017 - 17:48
© MARTIN BUREAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'individu d'origine arménienne qui a tenté de renverser des passants à la sortie d'une mosquée, jeudi soir à Créteil, serait un déséquilibré avec un lourd passé psychiatrique.

Il a dit vouloir "venger le Bataclan et les Champs-Elysées". Jeudi 29 au soir, alors que les fidèles d'une mosquée à Créteil, dans le Val-de-Marne, sortaient de la prière vers 18h30, un individu d'origine arménienne a tenté de foncer sur eux avec son 4x4. Il a heurté "à plusieurs reprises les plots et barrières placés en protection" de l'établissement religieux selon la Préfecture de police. "Ne parvenant pas à passer les obstacles, le conducteur du véhicule a poursuivi sa course, percuté un terre-plein, puis a pris la fuite" sans faire de blessé, avant d'être arrêté à son domicile peu de temps après.

Lors de sa garde à vue, cet homme -qui serait un Arménien de 43 ans- aurait avoué aux policiers avoir agi "pour venger le Bataclan et les Champs-Elysées". Il aurait tenu plusieurs propos confus aux sujets de ces attentats qui ont frappé la France.

Le parquet de Créteil a expliqué qu'il n'était pas sous l'emprise de l'alcool et a ajouté ce vendredi 30 qu'il était déjà connu des services de police et avait un passé psychologique. Il avait en effet déjà été hospitalisé par le passé, en 2006 et en 2007, pour schizophrénie et est actuellement "sous traitement médicamenteux". Le ministère public a aussi précise que cet homme est sans emploi et titulaire d'une carte d'invalidité.

Avant que les détails sur son état de santé transparaissent, la classe politique française s'est indignée face à ce nouvel acte islamophobe, qui s'est produit quelques jours après l'attentat contre une mosquée, à Londres, le dimanche 18, où un homme a foncé sur la foule au sortir d'une prière, faisant un mort et onze blessés.

"Ce qui vient de se passer à Créteil semble justifier les craintes que j'avais émises après l'attaque près de la mosquée de Finsbury Park à Londres", avait déclaré le président de l'Observatoire national contre l'islamophobie au Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, appelant à "plus de vigilance de la part des responsables de mosquées" et demandant aux pouvoirs publics de "renforcer la protection des lieux de culte".

Lors de sa garde à vue, cet homme -qui serait un Arménien de 43 ans- aurait avoué aux policiers avoir agi "pour venger le Bataclan et les Champs-Elysées".

Commentaires

-