Déjà en prison, il menaçait de "faire pire que le Bataclan": le détenu condamné

Menaces terroristes

Déjà en prison, il menaçait de "faire pire que le Bataclan": le détenu condamné

Publié le :

Jeudi 31 Décembre 2015 - 07:44

Dernière mise à jour :

Jeudi 31 Décembre 2015 - 07:44
Violences et menaces de morts: un détenu de Dordogne a multiplié les agressions envers le personnel carcéral tout au long du mois de décembre. "Je vais te faire pire que le Bataclan", a-t-il ainsi notamment lancé à un surveillant, après en avoir mordu un autre.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Francois Mori/AP/Sipa
-A +A

Il avait même appelé les autres détenus à tuer des surveillants. Un homme de 26 ans incarcéré à la prison de Neuvic, en Dordogne, a été condamné à six mois de prison ferme, en plus de sa peine, pour menaces de mort et provocation au terrorisme, a révélé mercredi 30 France bleu Périgord. Ce prisonnier était particulièrement violent et vindicatif, selon des sources carcérales.

Les principaux faits qui lui sont reprochés ont commencé début décembre. Extrait de sa cellule pour un transfert au tribunal où ce jeune homme comptant une trentaine de mentions à son casier judiciaire, pour délits routiers et trafic de stupéfiants principalement, devait être jugé dans le cadre d'une autre affaire. Il a alors agressé un surveillant, le mordant notamment. A son retour en cellule, il a entamé une grève de la faim et de la soif.

Mi-décembre, il a ensuite de nouveau agressé, verbalement cette fois, un médecin venu l'examiner, ainsi qu'un des surveillants supervisant la consultation. Le détenu a, en substance, promis d'acheter des kalachnikovs pour les tuer et "tuer un maximum de monde" à sa sortie de prison. Le parquet a alors été alerté.

Mais tout a complètement dérapé dimanche 27. Apprenant qu'il ne pourrait pas recevoir un colis de Noël, provenant d'un expéditeur non autorisé, le détenu a une fois encore menacé un surveillant. "Sur le Coran de la Mecque (...) je vais te faire pire que le Bataclan", lui aurait-il lancé. "Tuez ces chiens de surveillants", a-t-il ensuite hurlé depuis sa cellule aux autres détenus, appelant à "brûler leurs maisons".

Le dérapage de trop qui lui a donc valu une nouvelle peine de six mois d'incarcération. Il devrait également être transféré dans un autre centre de détention.

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

"Tuez ces chiens de surveillants", a par exemple demandé aux autres détenus le prisonnier.