"Delete Grindr": appel au boycott après la diffusion des données personnelles

"Delete Grindr": appel au boycott après la diffusion des données personnelles

Publié le :

Mercredi 04 Avril 2018 - 12:38

Mise à jour :

Mercredi 04 Avril 2018 - 12:54
Plusieurs associations de lutte contre le sida ont dénoncé depuis lundi les pratiques de Grindr. Le site de rencontres homosexuelles est accusé d'avoir dévoilé à des entreprises tierces les informations personnelles de ses utilisateurs, et notamment leur statut de séropositif.
©Grindr/Facebook
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La diffusion des données personnelles par le site de rencontres gays Grindr, en particulier sur le statut de séropositif de ses membres, a occasionné de nombreuses critiques. Plusieurs associations de lutte contre le sida se sont notamment manifestées, certaines appelant au boycott de l'application.

Grindr est accusé d'avoir avoir laissé des entreprises tierces accéder à des données privées de ses utilisateurs. Or, ceux-ci peuvent s'ils le désirent préciser qu'ils sont contaminés par le VIH. Une politique d'ailleurs bien accueillie par l'association Aides, qui y voit un moyen de "normaliser la perception et l'image des personnes séropositives".

Voir: Données privées: l'appli de rencontres gay Grindr critiquée à son tour

Celle-ci s'est en revanche insurgée contre le partage de ces informations. "Les entreprises qui font leur beurre sur la sexualité de leurs clients se doivent a minima d’être exemplaires. Exemplaires sur la protection des données de leurs clients ET sur les enjeux évidents de prévention et de santé publique (...) AIDES appelle au boycott total de Grindr, et invite les utilisateurs actuels à changer d’application. Après tout, il en existe d’autres, sous réserve que celles-ci se montrent plus responsables et respectueuses de la vie privée de leurs utilisateurs.", a-t-elle fait savoir dans un communiqué (source).

Lire aussi: Facebook - une gestion de crise qui laisse beaucoup à désirer

L'association relaye le hashtag #DeleteGrindr, et rappelle s'être à plusieurs reprises élevée contre la "privatisation de la prévention". Aides affirme en effet avoir vu ses comptes Grindr dédiés à la préventions supprimés, le site exigeant que son action passe par des bannières publicitaires.

L'appel au boycott a également été relayé par d'autres association tels des antennes locales d'Act Up. L'organisation américaine de lutte contre le sida AIDS Healthcare Foundation (AHF) a qualifié cette affaire de "violation flagrante des lois sur la confidentialité", exigeant du groupe qu'il "cesse immédiatement" de communiquer les informations personnelles de ses utilisateurs à des entreprises tierces.

Aides a appelé au boycott de l'application Grindr via le hashtag #DeleteGrindr.


Commentaires

-