Des enfants migrants se prostituent pour passer la frontière franco-italienne

Trafic d'êtres humains

Des enfants migrants se prostituent pour passer la frontière franco-italienne

Publié le :

Mardi 31 Juillet 2018 - 14:54

Mise à jour :

Mardi 31 Juillet 2018 - 15:06
Selon l’ONG Save The Children Italia, au moins 160 petites filles ont été exploitées sexuellement alors qu’elles tentaient de passer en France depuis janvier 2017. Les passeurs sont accusés de se livrer à un odieux trafic d'esclavage sexuel.
© ELVIS BARUKCIC / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

C'est la terrible illustration de l'enfer que traversent les migrants et réfugiés qui tentent de rallier l'Europe. Selon un rapport de la branche italienne de l'ONG Save The Children, de nombreuses femmes et parmi elles des mineures (y compris des enfants) sont forcées de se prostituer pour obtenir de l'argent afin de payer les passeurs pour traverser la frontière franco-italienne.

Entre janvier 2017 et mars 2018, 1.900 femmes ont ainsi été forcées à la prostitution, 140 étaient des enfants pointe le rapport repéré par Franceinfo. Pour pouvoir traverser la frontière il faut débourser près de 150 euros auprès des passeurs, une vraie fortune pour ces gens qui vivent dans un extrême dénuement à quoi il faut ajouter l'argent nécessaire pour survivre au jour le jour.

Blessing, une jeune Nigérienne, raconte dans le rapport son enfer pour survivre: "Ma tante m'a permis de me prostituer à Tripoli afin d'apporter une contribution économique à mon voyage. Je l’ai convaincu de ne pas le faire. Cependant, en Libye, l'absence d'argent m'a forcé à me prostituer pour me nourrir et donc tous les jours, pendant huit mois en clair, j'ai été forcé d'avoir des rapports sexuels en échange de nourriture".

Les passeurs n'hésitent d'ailleurs spas à exploiter leurs victimes dans des trafics d'êtres humains. "J’ai été kidnappée en Libye. Je n’avais pas 18 ans mais il a abusé de moi. Arrivés en Italie, il m’a forcée à me déclarer majeure et à devenir sa femme. C’est là que mon exploitation a commencé", rapporte une jeune femme citée par Save The Children qui a été victime d'esclavage sexuel. La chaîne de télévision précise que certains centres de réception extraordinaire (CAS), où sont recueillis les migrants, se transforment en centre de recrutement pour ces odieux trafics.

Raffaela Milano directrice des programmes Italie-Europe chez Save the Children, assure "qu’il est inacceptable que, dans notre pays, des enfants et des adolescents se retrouvent dans le réseau d'exploiteurs sans scrupules".

Voir - A Vintimille où la France renvoie les migrants, les Italiens furieux contre Macron

La situation à la frontière franco-italienne se serait encore aggravée après le démantèlement en avril du camp de la Roya, près de Vintimille. Forcés de rester dans la clandestinité et de se cacher des autorités, les mineurs sont plus difficiles à repérer et à protéger. Selon l’organisation humanitaire, plus de 16.500 migrants, dont un quart d’enfants, auraient franchi Vintimille durant les neuf mois précédant avril 2018.

Lire:

Comme les Etats-Unis, la France enferme les enfants migrants

Migrants: la rétention des mineurs à un niveau record en 2017

Des enfants migrants "livrés à leur sort" à Paris, dénonce Human Rights Watch

Des petites filles migrantes ont été forcées de se prostituer pour payer les passeurs à la frontière franco-italienne.

Commentaires

-