Détenus violeurs tabassés: des surveillants ont-ils ouvert les cellules aux agresseurs?

Détenus violeurs tabassés: des surveillants ont-ils ouvert les cellules aux agresseurs?

Publié le :

Mercredi 24 Octobre 2018 - 11:58

Mise à jour :

Mercredi 24 Octobre 2018 - 12:45
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Des surveillants de la prison de Metz-Queuleu sont soupçonnés d'avoir été complices des agressions de certains détenus, emprisonnés pour des faits de violences sexuelles. Ils auraient laissé leurs cellules ouvertes pour permettre des expéditions punitives aux autres détenus.

En tout, neuf plaintes ont été déposées. Des surveillants de la prison de Metz-Queuleu, en Moselle, sont soupçonnés d'avoir permis à des détenus de procéder à des expéditions punitives et de passer à tabac des "pointeurs", c'est-à-dire des hommes incarcérés pour des faits de violences sexuelles.

Les faits se seraient déroulés entre octobre 2017 et septembre 2018 selon les témoignages des neufs plaignants. La première plainte a été déposée au début 2018 mais elle est "passée relativement inaperçue au sein de l'établissement" selon Le Parisien.

C'est la seconde plainte, celle d'un trentenaire, qui a finalement libéré la parole au sein de la prison et permis à d'autres détenus de lever la voix dès septembre. "Ça a déclenché un petit séisme, parce qu’on a découvert que ces agressions ont perduré dans un temps relativement long", a expliqué son avocat Cédric Demagny.

A voir aussi: Prison de Grasse - ils percent les murs de 4 cellules pour frapper un détenu

Depuis, les témoignages sont nombreux et relatent tous le même mode opératoire. "A l’heure des repas, le cliquetis du verrou de la porte se fait entendre. Ce n’est pas le détenu auxiliaire chargé de la distribution de la nourriture, mais ce sont trois à quatre détenus, qui s’engouffrent dans la cellule et se livrent à un passage à tabac en règle".

"Pendant qu’il se faisait rouer de coups de pied et de poing, mon client a vu, dans l’entrebâillement de la porte, la tenue bleue du gardien, qui se tenait juste à côté", a assuré Cédric Demagny. Seuls les surveillants sont autorisés à ouvrir les cellules.

Les avocats des victimes présumées, incarcérées pour des infractions à caractère sexuel, relatent tous l'insécurité dans laquelle vivent leurs clients. Cicatrices, cloison nasale déviée… les détenus ont été victimes de sérieuses blessures. "La privation de liberté, dans des conditions où la sécurité des détenus n’est plus assurée, s’apparente à de la torture".

Les avocats des neuf plaignants dénoncent aussi "le silence de la hiérarchie". Cette dernière reste très prudente face à cette affaire qui pourrait devenir très grave si elle est avérée. "Pour l’instant, c’est parole contre parole", se contente de faire savoir la direction de l'administration pénitentiaire.

"En l’absence d’éléments tangibles, rien ne justifie l’ouverture d’une procédure disciplinaire. Nous verrons ce que diront les conclusions de l’enquête judiciaire".

A lire aussi:

Explosion de violence dans une prison américaine: sept morts

Accusation de viol contre trois surveillants de la prison de Meaux: une affaire Théo derrière les barreaux

Prison de Fresnes: un "traitement inhumain ou dégradant", dénonce la contrôleure générale

Des surveillants de la prison de Metz sont soupçonnés d'avoir laissé des détenus en tabasser d'autres dans leur cellule.


Commentaires

-