Deux ans après l'attentat de Nice, un spectacle en hommage aux victimes

Deux ans après l'attentat de Nice, un spectacle en hommage aux victimes

Publié le :

Samedi 14 Juillet 2018 - 16:41

Mise à jour :

Samedi 14 Juillet 2018 - 16:43
Deux ans après le meurtrier attentat de Nice, la ville se souvient. Elle organisera un concert dans la soirée se terminant par l'allumage de 86 projecteurs, comme le nombre de victimes.
© Valery HACHE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

En juin dernier, la ville de Nice avait organisé son premier feu d'artifice depuis l'attentat qui a endeuillé la ville le 14 juillet 2016. Mais il n'y en aura psa ce samedi 14 au soir. Deux ans après cette nuit funeste lors de laquelle 86 personnes ont trouvé la mort écrasées par un camion, la ville azuréenne commémore ce moment avec un spectacle qui promet d'être riche en émotion.

Après la cérémonie officielle qui se tient à partir de 17h20 en présence du Premier ministre Edouard Philippe, la ville se souviendra de l'attentat sur la Promenade des Anglais avec un concert du chanteur Patrick Fiori qui sera accompagné de l'Orchestre Philarmonique de Nice. Le spectacle devrait commencer à 21h15.

Moment symbolique de la soirée, à l'issue du concert, un lâcher de ballons accompagnera l'allumage de 86 projecteurs –comme le nombre de victimes– à 22h34, au moment où l'attaque meurtrière du camion fou commença. Ils resteront éclairés jusqu'à 1h du matin.

Voir aussi - Attentat de Nice : deux ans après, des victimes toujours en reconstruction

Le 14 juillet 2016, un poids lourd conduit par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel évite les barrages policiers et fonce à pleine vitesse dans la foule importante évoluant sur la Promenade des Anglais pour les festivités de la fête nationale, tuant 86 personnes et en blessant 458. L'assaillant sera abattu par les forces de l'ordre.

L'enquête peinera à comprendre les motivations de l'auteur des faits. Si la piste de l'attentat islamiste a rapidement été privilégiée, l'homme de 31 ans n'était pas fiché S, n'était pas connu de la police pour des faits en lien avec l'islamisme radical, et semblait privilégier un mode de vie dissolu (alcool, drogue, bisexualité présumée) laissant penser à une "radicalisation expresse". Le 16 juillet, l'Etat islamique a revendiqué l'attentat.

L'attentat avait fait 86 victimes.


Commentaires

-