Deux ans de prison ferme pour avoir enflammé puis défenestré un chat

Deux ans de prison ferme pour avoir enflammé puis défenestré un chat

Publié le :

Mardi 02 Février 2016 - 07:31

Mise à jour :

Mardi 02 Février 2016 - 07:31
©Fayolle Pascal/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

La justice a condamné un homme lundi à deux ans de prison ferme pour avoir transformé le chat de sa compagne en torche vivante avant de le jeter du haut du 7e étage.

Un homme qui avait transformé un chat en torche vivante avant de le défenestrer, lors d'une soirée de violences envers sa compagne, a été condamné lundi 1er février par la justice française à deux ans de prison ferme.

Lors de son procès, Sébastien Lebras, un charpentier au chômage âgé de 30 ans, s'est montré incapable d'expliquer ses actes, commis à Nice (sud-est) dans la nuit de jeudi 28 à vendredi 29 janvier. "C'est pas moi, je comprends pas comment j'ai fait ça", a-t-il marmonné.

Le tribunal correctionnel de la ville a suivi les réquisitions du parquet, qui souhaitait une peine exemplaire.

Jeudi soir, l'homme ivre se dispute avec sa compagne qui refuse de le laisser consulter ses appels téléphoniques. Des coups sont donnés. Pour effrayer la jeune femme l'accusé menace de brûler son chat. Voyant qu'elle ne le prend pas au sérieux, il asperge l'animal avec de l'alcool à brûler. La pauvre bête prend feu. Cela se propage au canapé et aux rideaux jusqu'à ce que son tortionnaire la jette par la fenêtre, du haut du 7e étage. Encore vivant à l'arrivée de la police, l'animal âgé de 6 ans est euthanasié par un vétérinaire.

Le martyre du félin a attiré au procès une cinquantaine de personnes au tribunal, majoritairement des femmes scandalisées par la cruauté du "bourreau". Une dizaine d'organisations de défense des animaux s'étaient portées parties civiles. L'Association justice pour les animaux avait déposé plainte vendredi. Elle avait été suivie par de nombreuses autres organisations locales ou nationales, comme 30 millions d'amis, la SPA, l'association Stéphane Lamart "pour la défense des droits des animaux", ou encore la Fédération Paca de la protection animale.

 

Le tribunal correctionnel de la ville a suivi les réquisitions du parquet, qui souhaitait une peine exemplaire. (Image d'illustration)


Commentaires

-