Deux bombardiers russes ont été interceptés par la chasse française au large du Touquet

Provocation russe?

Deux bombardiers russes ont été interceptés par la chasse française au large du Touquet

Publié le :

Mardi 08 Mars 2016 - 18:58

Dernière mise à jour :

Mardi 08 Mars 2016 - 19:28
Les forces aériennes russes ont fait une nouvelle démonstration de force en envoyant deux bombardiers lourds, de modèle TU-160, survoler la Manche le 17 février dernier. Les deux appareils ont été interceptés par un Mirage 2000 et un Rafale français appuyés par des chasseurs britanniques.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Alexander Nemenov/AFP FILES/AFP
-A +A

L'information avait été publiée très discrètement sur le site du ministère de la Défense lundi 7. Le 17 février dernier, au large des côtes françaises, deux bombardiers russes de haute altitude, des Tupolev TU-160, ont été interceptés par des avions de chasse français alors qu'ils volaient au large du Touquet.

"Ces bombardiers ont décollé de Russie, ont contourné la Norvège, les îles anglaises, ont été +pris en compte+ par (la chasse) anglaise (des Eurofighter Typhoon). Nous les avons pris en compte en Manche", a expliqué le général André Lanata, chef d'état-major de l'armée de l'air, lors d'un point presse.

En effet, les deux appareils de l'armée de l'air russe avaient préalablement été repéré par des radars britanniques et norvégiens. L'aviation britannique a donc envoyé des chasseurs Eurofighter Typhoon pour les intercepter. Chasseurs qui ont été rejoints par un Rafale français en provenance de la base de Saint-Dizier (Haute-Marne) et un Mirage 2000 de Lann-Bihoué (Morbihan) à l'entrée des bombardiers russes dans le canal de la Manche. A noter que ces derniers ont toujours pris soin de rester au-dessus des eaux internationales et ne sont en aucun cas rentrer dans l'espace aérien des pays concernés.

Après avoir été intercepté, les deux avions russes ont été escortés jusqu'à une soixantaine de kilomètres au large du Touquet avant qu'ils ne rebroussent chemin. Les TU-120 sont des bombardiers lourds supersoniques dont la construction a débuté sous l'Union soviétique. Employés dans le conflit syrien par l'aviation russe lors d'opération de bombardement massif, ils sont capables de transporter des missiles balistiques pouvant contenir une charge nucléaire.

Selon le général Lanata, ce genre de posture russe, le long des pays-membres de l'OTAN, reste assez rare même s'il vise à affirmer la présence russe face à l'Alliance atlantique. "Cela ne s'intensifie pas, cela fait partie de la gesticulation russe ce n'est pas fréquent", a-t-il confié.

"J'ai constaté cette présence un peu intempestive de chasseurs, d'avions russes, qui sont venus se promener pour des raisons que j'ignore à proximité de nos côtes [...]. Nous leur avons fait savoir que nous les avions vus et qu'il était souhaitable qu'ils se retirent. C'est ce qu'ils ont fait", a fait savoir un Jean-Yves Le Drian visiblement énervé  sur i>Télé.

"Le message est double à mon sens : démonstration de la nouvelle puissance retrouvée des forces armées russes et un test des capacités de réponse de l’OTAN", estime Tatiana Kastouéva-Jean, une chercheuses de l'Institut français des relations internationales (IFRI) interrogée par La Voix du Nord. "Pour certains pays, comme les pays baltes par exemple, c’est une façon de montrer que leur sécurité dépend essentiellement de la bonne volonté de la Russie et que l’OTAN ne pourra pas les protéger", rajoute cette spécialiste de la Russie contemporaine.

 

 

 

Auteur : MM

Deux bombardiers russes de haute altitude, des Tupolev TU-160, ont été interceptés par des avions de chasse français alors qu'ils volaient au large du Touquet.