Deux suicides de policiers depuis lundi, la série noire se poursuit

Deux suicides de policiers depuis lundi, la série noire se poursuit

Publié le :

Jeudi 18 Avril 2019 - 17:20

Mise à jour :

Jeudi 18 Avril 2019 - 18:02
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Deux policiers se sont donné la mort entre lundi 15 et ce jeudi 18 en France, portant à 28 le nombre estimé de suicides cette année dans la profession, ce qui laisse augurer d'une année catastrophique en la matière.

C'est la deuxième fois cette année que la police a à déplorer deux suicides en moins de trois jours, triste illustration d'un début 2019 qui augure d'un bilan dramatique pour la profession.

Dans la nuit de lundi à mardi, un nouveau policier s'est donné la mort avec son arme de service. Ce fonctionnaire de 42 ans, père d'un enfant de quatre ans, travaillait au centre de rétention administrative de Metz. Si les chiffres officiels ne sont pas encore disponibles, de source syndicale, il s'agissait déjà d'un 27e cas cette année, alors que le chiffre moyen ces dernières années est d'une quarantaine de morts.

Voir: Montpellier - nouveau suicide dans la police, une capitaine mère de deux enfants

Cette triste comptabilité s'est alourdie ce jeudi. Une capitaine de la police nationale s'est donné la mort au matin dans les locaux de la sûreté départementale de l'Hérault à Montpellier. Agée de 50 ans, elle était la mère de deux jeunes enfants. Selon Midi Libre, qui révèle l'information, les collègues de la victime ont immédiatement prévenus les secours qui sont rapidement arrivés sur place mais n'ont rien pu faire.

Déjà au début du mois, deux policiers avaient été retrouvés après avoir mis fin à leurs jours entre le 6 et le 8 avril.

Il y aurait donc déjà eu 28 suicides de policiers cette année, soit plus d'un tous les quatre jours. Des chiffres provisoires certaines enquêtes pouvant être encore en cours. A ce rythme-là, ce sont 95 décès qui pourraient survenir en 2019.

"Le policier est comme les autres citoyens, il subit la pression sociale et connait les mêmes turpitudes de la vie. Il ne faut pas pour autant s’éloigner des causes de cette calamité. Elles sont pourtant sous nos yeux: suremploi, perte de sens du métier, déshumanisation des services…", a fait savoir au début du mois le syndicat Alliance Police nationale, dans un communiqué intitulé "Suicides: ça ne doit pas être une fatalité".

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a promis vendredi de mettre "les bouchées doubles" pour lutter contre ce fléau persistant dans l’institution. L'année 2018 avait connu une baisse relative avec 35 morts.

Lire:

Paris: un policier retrouvé mort chez lui, son arme à ses pieds

Près d'une trentaine de policiers se seraient suicidé en 2019 selon des chiffres provisoires.


Commentaires

-