Deuxième suicide d'un prêtre en un mois

Deuxième suicide d'un prêtre en un mois

Publié le :

Lundi 22 Octobre 2018 - 16:07

Mise à jour :

Lundi 22 Octobre 2018 - 16:11
© FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Pierre-Yves Fumery, prêtre âgé de 38 ans, s'est suicidé samedi dans son presbytère de Gien, dans le Loiret. C'est le deuxième suicide d'un homme d'église en un mois. En septembre un autre prêtre, rouennais cette fois-ci, était retrouvé pendu dans les combles de son église.

C'est le deuxième suicide d'un prêtre en un mois. Pierre-Yves Fumery, responsable des paroisses du Giennois dans le Loiret, a été retrouvé mort dans son presbytère samedi 20. C'est l'évêque d'Orléans qui en a fait l'annonce ce lundi 22 lors d'une conférence de presse.

"C'est un moment d'épreuve tragique et de souffrance. Mes pensées vont vers sa famille, ses frères prêtres et vers les paroissiens du Giennois", a indiqué Jacques Blaquart.

Pierre-Yves Fumery, 38 ans, avait été pointé du doigt par des paroissiens qui avaient alerté la cellule "d'écoute des blessures" au début du mois de septembre dernier. Ceux-ci avaient été témoins de comportements inappropriés envers des adolescents de 13 et 14 ans. "Aucun (de ces comportements) n'entrainant la saisie des autorités judiciaires", a tenu à préciser Monseigneur Blaquart.

Il avait par exemple pris dans ses bras une jeune fille et l'avait aussi raccompagnée plusieurs fois en voiture. Ces "informations préoccupantes" avaient été transmises aux services sociaux et une enquête auprès des jeunes filles concernées ainsi que leur famille avait été ouverte, a rapporté La République du Centre.

A voir aussi: Loiret - suicide d'un prêtre visé par une enquête pour "suspicion d'agression sexuelle"

"Plusieurs auditions ont eu lieu, des personnes concernées, dans le cadre d'une enquête préliminaire, précise le magistrat. Le prêtre a été entendu en qualité de témoin, pas comme mis en cause, c'est-à-dire qu'il n'y avait aucune infraction pénale matérialisée. Les gendarmes l'ont entendu le 15 octobre pour avoir sa version des faits mais ne lui ont pas notifié que des charges étaient retenues contre lui".

Le prêtre n'a finalement pas été poursuivi a expliqué le procureur. "C'est un questionnement sur une relation amicale en tant qu'adulte responsable de l'encadrement d'adolescents. Pour parler des gestes d'affection, pour commettre une infraction pénale, il faut qu'il y ait une intention malveillante derrière. On voulait s'assurer qu'il n'y avait là que des gestes d'amitié".

Pierre-Yves Fumery a pourtant été retrouvé mort pendu samedi, cinq jours après son audition. Une autopsie va être réalisée pour préciser les circonstances de sa mort, mais la thèse du suicide est largement privilégiée.

Le prêtre a laissé des écrits où il "demande pardon". "Mais aucun élément du dossier ne permet de dire que son geste est lié à l'enquête", a précisé Loïc Abrial, procureur de Montargis.

Le 18 septembre dernier, le père Jean-Baptiste Sèbe était retrouvé pendu dans les combles de son église à Rouen. La veille, il avait été convoqué à l'archevêché de Rouen. Il était accusé d'agression sexuelles sur une jeune femme de 20 ans. Les faits se seraient produit l'an dernier.

"Jean-Baptiste était un homme particulièrement apprécié, et c'est une épreuve de se rendre compte qu'à l'intérieur de soi-même on n'est pas à la hauteur de l'image que l'on donne", a simplement expliqué Monseigneur Lebrun, qui n'a pas souhaité entrer plus en détail sur le "comportement déplacé" du prêtre.

C'est la mère de la jeune femme qui avait alerté les autorités. La jeune femme elle n'avait pas souhaité porter plainte contre le prêtre. C'était "une agression sexuelle aux yeux de la loi, mais que la jeune fille n'a pas vécue comme telle", a expliqué une source proche du dossier au micro de France Bleu Normandie.

A lire aussi:

Lyon: un prêtre de 82 ans passé à tabac et dépouillé à la Part-Dieu

Face à la "crise" de la pédophilie dans l'Église, des prêtres entre embarras et espoir

Enquête ouverte après le suicide d'un prêtre accusé d'agression sexuelle

Un prêtre s'est suicidé samedi 20, c'est le deuxième en un mois.


Commentaires

-