Dijon: deux Afghans agressent une femme "trop décolletée" pour le Ramadan

Côte d'Or

Dijon: deux Afghans agressent une femme "trop décolletée" pour le Ramadan

Publié le :

Mercredi 30 Mai 2018 - 12:25

Mise à jour :

Mercredi 30 Mai 2018 - 12:35
Deux demandeurs d'asile afghans ont été interpellés mercredi dernier à Dijon après avoir agressé une femme dans un train. Ils lui auraient reproché sa tenue "trop décolletée pour la période du Ramadan".
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Les deux agresseurs comparaîtront en octobre prochain devant le tribunal correctionnel de Dijon. Deux jeunes Afghans de 20 et 23 ans, demandeurs d'asile, ont été interpellés mercredi 23 à la descente d'un train TER en gare de Dijon. Ils y avaient agressé une jeune femme dont ils auraient trouvé la tenue indécente.

Selon Le Bien Public, les faits se sont déroulés vers 22h45 dans un train en provenance de Paris. Lui reprochant une tenue "trop décolletée pour la période du Ramadan", les deux agresseurs, qui résident à Dole dans le Jura, auraient "insulté" la jeune femme, une Dijonnaise d’origine égyptienne, et l’auraient poussée "pour qu’elle décroise ses jambes". Selon les forces de l'ordre, les deux individus auraient également tenté de faire descendre leur victime du train avant l'arrivée en gare de Dijon.

Lire aussi - Harcèlement dans les transports: une femme sur deux adapte sa tenue

Des témoins de la scène ont averti les contrôleurs qui ont immédiatement contacté la police. Cette dernière a cueilli les deux agresseurs à leur descente du train. Ils ont été placés en garde à vue et entendus par les enquêteurs. Les deux jeunes Afghans contestent les faits qui leurs sont reprochés et ont expliqué avoir seulement voulu demandé l'heure à leur victime.

Remis en liberté, ils seront cependant poursuivis pour "violences en réunion" devant le tribunal correctionnel de Dijon à l’automne. "Il n’y a pas eu de coup, la victime ne présentait aucune blessure", a expliqué le parquet de Côte d'Or pour justifier cette mesure de remise en liberté des prévenus.

Les agresseurs auraient reproché à leur victime sa tenue "trop décolletée pour la période du Ramadan".

Commentaires

-