Dijon: un groupe d'extrême droite exige la libération des terroristes présumés liés à Logan Nisin

Menaces

Dijon: un groupe d'extrême droite exige la libération des terroristes présumés liés à Logan Nisin

Publié le :

Mercredi 08 Novembre 2017 - 17:46

Mise à jour :

Mercredi 08 Novembre 2017 - 17:53
Le groupuscule d'ultra-droite qui a revendiqué les attaques au marteau à Dijon et Chalon-sur-Saône au mois de septembre a adressé, mardi, des exigences par mail. Il réclame la libération de Logan Nisin et de ses complices présumés, suspectés d'avoir voulu perpétrer des actions terroristes contre des hommes politiques et des lieux de cultes musulmans.
©Bohac Yann/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un groupe d'ultra-droite, qui a récemment revendiqué les attaques au marteau perpétrées à Dijon et à Chalon-sur-Saône en septembre dernier, a menacé de réitérer des actions violentes si les conditions qu'il énonçait n'étaient pas respectées par les autorités.

Mardi 7 ce groupe, qui se fait appeller "Commando de défense du peuple et de la patrie française", a réclamé par des mails envoyés au quotidien Le Bien Public, la libération de huit "collègues" de la mouvance d'ultra-droite arrêtés en octobre dernier et suspectés de préparer des actions terroristes contre des hommes politiques, des migrants et des mosquées. Il exige également la libération de Logan Alexandre Nisin (interpellé en fin juin) et suspecté d'être le chef de ainsi que "l'abandon des poursuites à leur encontre".

Le groupuscule menace: "Sans quoi nous frapperons le prochain grand événement ayant lieu à Dijon, à savoir le match de Première division Dijon FCO- Espérance Sportive Troyes Aube Champagne (ESTAC)"

Dans un premier message envoyé à la rédaction du journal local, ce groupuscule s'en prend à SOS Racisme, qui a déposé plainte pour soutenir les victimes. "Comme c'est mignon, ils croient nous faire peur ces bisounours (…). Ils ne semblent pas avoir compris que ce dépôt de plainte serait synonyme de reconnaissance pour nous?", fait savoir le message.

À Dijon, les enquêteurs cherchent encore à déterminer l'authenticité des revendications du commando, qui contiennent "des éléments précis, dont certains sont conformes à la réalité", a indiqué le procureur de la République de Dijon, Éric Mathais. Il a toutefois précisé que le parquet antiterroriste, informé de la situation, n'était pas pour l'heure saisi.

Le groupe qui a revendiqué des attaques au marteau menace également le match Dijon-Troyes.

Commentaires

-