Disparition de Mathis: son père, Sylvain Jouanneau, condamné à 20 ans de prison

Disparition de Mathis: son père, Sylvain Jouanneau, condamné à 20 ans de prison

Publié le :

Jeudi 04 Juin 2015 - 19:48

Mise à jour :

Jeudi 04 Juin 2015 - 19:48
©Capture d'écran France 3
PARTAGER :
-A +A

Sylvain Jouanneau a été condamné à 20 de prison pour enlèvement et séquestration d'enfant. Mutique jusqu'à la fin du procès, il n'a donné aucune nouvelle de son fils, Mathis, qu'il avait enlevé en 2011.

Les jurés de la cour d'assises du Calvados auront finalement écouté les réquisitions de l'avocat général. Sylvain Jouanneau, père du petit Mathis disparu en 2011, a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour "enlèvement et séquestration". Malgré la peine infligée au père, le sort de l'enfant reste inconnu, Sylvain Jouanneau n'ayant livré aucune information si ce n'est qu'il se trouverait à l'étranger dans un pays musulman.

Le condamné s'est même permis une dernière provocation contre les parties civiles "je suis un peu ému", a-t-il déclaré avant que le jury se retire pour délibérer, "je vous laisse choisir. Pendant que vous choisissez, je vais penser à Mathis en espérant que vous serez justes". 

En fin de matinée, le parquet avait requis à l'encontre de Sylvain Jouanneau 20 ans de réclusion. "Ces faits odieux (sont) d'autant plus inexplicables que (l'accusé) venait de voir ses droits de père rétablis" progressivement par la justice, estimait l'avocat général Pascal Chaux, ajoutant que l'accusé a fait subir des "violences psychologiques, une emprise" à l'enfant.

La mère et la sœur de l'accussé ont bien tenté, en vain, de la faire craquer avant la fin du procès.  "Je ne redoute plus le verdict. J'estime qu'il mérite la plus forte peine", a dit à la barre Marie-Elisabeth Jouanneau. "Je regrette de lui avoir donné la vie", a-t-elle ajouté.

Sylvain Jouanneau n'a pas ramené Mathis chez sa mère comme il aurait dû le faire le 4 septembre 2011. Il a été arrêté trois mois plus tard près d'Avignon, après avoir été aperçu à six reprises, à partir du 4 septembre, par des témoins en France, toujours seul. Si cet ancien cadre a confié à la cour que Mathis est la "plus belle chose qui lui (soit) arrivé dans la vie", une de ses anciennes déclarations vient contredire cette affirmation. En 2010, après son divorce, il avait écrit de lui: "C'est l'enfant de la haine. Il y a des gènes de sa mère en lui. Je ne peux pas faire de miracles (...). J'ai fait le deuil".

Sylvain Jouanneau, père de Mathis, a été condamné à 20 de prison.

Commentaires

-