Divan Gate : quand des médecins se moquent de leurs patients sur Facebook

Divan Gate : quand des médecins se moquent de leurs patients sur Facebook

Publié le 13/01/2020 à 17:45 - Mise à jour le 14/01/2020 à 08:24
Le Divan des médecins / Facebook
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

L'affaire est déjà baptisée le "Divan Gate". Elle concerne une poignée de médecins qui, sur un groupe Facebook, ont trahi le serment d'Hippocrate en publiant des commentaires moqueurs ainsi que des photos et des vidéos de leurs patients.

Après l'affaire de la Ligue du LOL qui concernait une poignée de journalistes début 2019, ce sont quelques médecins qui se font épingler pour leur activité douteuse sur les réseaux sociaux. Une enquête de l’Obs révèle que certains praticiens se laissent aller, sur un groupe Facebook nommé Le Divan des médecins, à des pratiques bien peu reluisantes : propos moqueurs, parfois racistes, sexistes ou homophobes, blagues d’un goût douteux, publications de photos et de vidéo permettant parfois d’identifier les patients… C’est notamment le cas avec la photo d’un enfant de 7 ans, atteint d’une petite hémorragie sur le palais, et qui a été diffusée avec ce commentaire : « Syndrome de la fellation vigoureuse ? ».

Des propos « abjectes » tenus par une poignée de médecins « qui se pensent au-dessus de tout le monde »
Ces propos, que l’administratrice du groupe, médecin elle aussi, qualifie de « très rares » et dont elle assure qu'elle n’avait pas été connaissance, n’ont été publiés que par une vingtaine de médecins. Selon certains de leurs confrères, il s'agit « d'hommes blancs hétéros qui se pensent au-dessus de tout le monde » et agissent « comme un boys club qui a conscience de ses privilèges ».

Dans un communiqué, l’association France Assos Santé (qui regroupe 85 associations nationales de défense des droits des patients) dénonce des « propos outrageants et pénalement répréhensibles » qui se révèlent être « des violations caractérisées du secret professionnel ». « Au-delà de l’aspect abject des propos tenus par des soignants […], nous soulignerons ici comment ces praticiens ont, en toute impunité, bafoué des droits fondamentaux reconnus par la loi et sont susceptibles d’encourir des sanctions disciplinaires et pénales », souligne France Assos Santé.

Le conseil de l'ordre des médecins donnera-t-il une suite à cette affaire ?
Le divan de l’ordre se définit comme un groupe de « discussion ouvert à tout médecin francophone, diplômé ou étudiant ». « Tout ce qui se rapporte à la profession a vocation à être discuté dans ce cadre confraternel, bien évidemment dans le respect de chacun, le respect du secret médical et la confidentialité des publications ». Les quelques membres qui, sur les 11 000 inscrits, se livrent depuis quelques mois à ces pratiques seront-ils sanctionnés ? C'est en tout cas le souhait de France Assos Santé. Le Syndicat des jeunes médecins généralistes, pour sa part, condamne fermement ces actes et affirme, sur Twitter « penser aux patients et à la perte de confiance légitime que cela peut engendrer. »

A lire aussi : Un médecin accusé d’homophobie après avoir posté sur Facebook des propos homophobes

 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Sur le groupe Facebook le Divan des médecins, quelques-uns se livraient à des commentaires répréhensibles

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-