Elle casse la dent du cambrioleur ce qui permet de recueillir son ADN

Elle casse la dent du cambrioleur ce qui permet de recueillir son ADN

Publié le :

Vendredi 07 Septembre 2018 - 07:24

Mise à jour :

Vendredi 07 Septembre 2018 - 07:25
Mercredi, un jeune homme de 21 ans a été arrêté dans une affaire de cambriolage. Il a été identifié grâce à son ADN qu'il avait laissé malgré lui sur les lieux: une occupante du logement "visité" lui a cassé une dent.
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Il avait déjà laissé des plumes lors de spon méfait, ce qui a finalement permis de l'identifier. Un homme de 21 ans a été arrêté et a reconnu son implication dans un cambriolage. L'individu a été identifé par son ADN et pour cause: une occupante du logement qu'il "visitait" l'avait frappé et lui avait cassé une dent.

Les faits remontent au 18 mars dernier. Le jeune malfrat pénètre à 1h30 du matin dans un logement à Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon pour perpétrer un cambriolage. Il surprend dans son sommeil une jeune fille qui lui assène soudainement un coup de poing, pour se défendre et essayer de faire fuir l'intrus, ce qui va casser une dent de l'individu.

Or, c'est justement ce morceau de dent qui va permettre d'identifier l'individu qui a laissé, malgré lui, sa trace ADN. Et le cambrioleur est bien connu des fichiers de la police, ayant déjà été impliqué dans 36 affaires judiciaires. La direction départementale de la sécurité publique a bien confirmé que l'identification de l'individu s'est faite grâce à ce morceau de dent.

Voir aussi: L’ADN des salariés hommes de Prisma prélevé à la suite de menaces de mort

L'homme a donc été interpellé mercredi 5, à Vaulx-en-Velin au domicile de sa mère. Originaire de la commune de Hières-sur-Amby, dans le département de l'Isère, le suspect a reconnu les faits face à l'évidence de la preuve.

Il a été présenté jeudi 6 au parquet pour "vol par escalade".

Lire aussi:

L'ADN, un défi de plus dans l'épineux problème de la protection des données

"Disparues de Perpignan": comment l'ADN a sauvé une enquête en panne



Commentaires

-