Elle tue son fils et le met dans la machine à laver, 20 ans de prison

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 24 septembre 2018 - 14:26
Image
Animateur jugé pour abus sexuels sur mineurs: 16 à 18 ans de prison requis
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
Warda Ben Hammouda a été condamnée à 20 ans de prison ferme.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
Une mère de famille a été condamnée vendredi à 20 ans de prison à Drancy pour avoir tué en 2016 son fils de 22 mois et l'avoir ensuite placé dans une machine à laver.

Le calvaire du petit Haroun, âgé de 22 mois, avait été d'une rare violence. Sa mère, Warda Ben Hammouda, a été condamnée vendredi 21 à vingt ans de réclusion par la cour d’assises de Drancy pour le meurtre de l'enfant en 2016. Le tribunal a toutefois reconnu que la mère infanticide était sous le coup d'une altération du discernement.

Sur le corps du petit garçon martyrisé, le médecin légiste a relevé 80 hématomes, une morsure dans le dos, un traumatisme crânien, fatal. A la barre, sa mère a assuré ne pas avoir eu l’intention de tuer Haroun: "Je culpabilise et je regrette beaucoup", a-t-elle expliqué selon Le Parisien.

Une fois l'enfant mort, la prévenue l'aurait ensuite placé dans une machine à laver avant de mettre l'engin en marche selon ses premières déclarations aux enquêteurs. Elle aurait agi ainsi pour "laver" le bébé.

Lire aussi - Perpignan: pour bercer le bébé de sa compagne, il l'aurait mis dans la machine à laver 

"Elle a appris qu’on éduquait les enfants par des raclées et en les traînant au sol par les cheveux. Elle est malade. Elle a besoin de soins", a fait valoir l'avocat de la maman infanticide. Un point de vue pas du tout partagé par l'avocat général qui a estimé: "On ne tue pas son enfant parce qu’on a pris trop de cannabis ou pas assez, ni par frustration sexuelle, ni parce qu’on a été négligé par ses parents".

La mère de famille a finalement été condamnée à vingt ans de réclusion criminelle (dont les deux tiers de période de sûreté), ainsi qu’à un suivi socio-judiciaire de cinq ans à sa sortie de détention. En outre, elle s'est vue retirée son autorité parentale sur son fils aîné, aujourd’hui âgé de 8 ans. Le petit garçon vit actuellement en Algérie auprès de son père après que les services sociaux ont découvert sur son corps des marques de lacération qui ont été imputées à sa mère.

Voir:

Montivilliers: il enferme son fils de trois ans dans une machine à laver pour le prendre en photo

Pour gagner des abonnés Instagram, elle met son chien dans la machine à laver (vidéo)