EN DIRECT - Attentat à Magnanville: 3 proches du terroriste Abballa arrêtés, confirme François Molins

EN DIRECT - Attentat à Magnanville: 3 proches du terroriste Abballa arrêtés, confirme François Molins

Publié le :

Mardi 14 Juin 2016 - 08:54

Mise à jour :

Mardi 14 Juin 2016 - 16:40
Un homme se réclamant de Daech a tué au couteau deux policiers, lundi soir à Magnanville (Yvelines). Cette homme, âgé de 25 ans avait déjà été condamné pour des faits de terrorisme en 2013, était fiché et également sur écoute judiciaire. Les dernières informations en direct avec"FranceSoir".
©Capture d'écran Twitter
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Fin de ce direct, merci de l'avoir suivi. Retrouvez plus d'information sur l'attentat de Magnanville qui a coûté la vie à deux policiers et toute l'actualité sur FranceSoir.fr

16h40

Le Conseil français du culte musulman a condamné "avec la plus grande vigueur cet acte d'horreur, odieux et abject", appelant les musulmans de France à profiter du ramadan "pour prier pour que la France vive dans la paix, l'unité et la sécurité".

16h28

Les drapeaux ont été mis en berne depuis ce midi et pour trois jours au ministère de l'Intérieur, dans les préfectures et les édifices en dépendant, en hommage au couple de fonctionnaires de police tués par un jeune homme se revendiquant de l'Etat islamique.

16h15

Amaq, l'"agence de presse" de l'organisation Etat islamique, a diffusé la vidéo réalisée par Larossi Allabba par le biais de Facebook Live où il revendique son allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, selon le site américain spécialisé dans les filières djihadistes, SITE.

15h52

Anne Hidalgo a dénoncé un "crime atroce", qui "manifeste une fois de plus le mal radical qu’incarne l’État islamique". "Paris continuera à répondre à l’abjection par la dignité et l’affirmation de ce qui nous rassemble et nous transcende", a-t-elle déclaré.

15h44

Alors qu'ils doivent être reçus par Bernard Cazeneuve ce soir, les syndicats policiers réclament d'ors et déjà "moyens juridiques". "On ne peut pas continuer comme ça ce cycle infernal: un jour des cibles, un jour encensés", comme après les attentats de janvier, a explique Philippe Capon de l'Unsa-police (troisième syndicat) au Figaro, pour qui "il faut inventer quelque chose". "Au-delà du policier en uniforme, c'est aujourd'hui à sa famille que ces lâches s'en prennent", a déclaré Yves Lefebvre d'Unité police SGP -FO demandant que "tout soit mis en oeuvre" pour éviter "de tels actes".

15h32

"Je n'accepte plus les mises en cause de ces hommes et de ces femmes qui risquent leur vie pour nous protéger", a martelé Manuel Valls à l'Assemblée nationale.

15h26

"Un cap dans l'horreur a été franchi", a déclaré Manuel Valls à l'Assemblée Nationale après l'assassinant de deux policiers à leur domicile. Il a appelé l'opposition à "refuser toute tentation de recourir aux aventures extrajudiciaires".

15h12

Les députés ont observé une minute de silence ce mardi aux alentours de 15h en hommage au couple de fonctionnaires de police tués et aux victimes de l'attentat d'Orlando. Peu après, le Premier ministre Manuel Valls a pris la parole.

15h02

Les parents du commandant de police assassiné seraient actuellement à l'hôpital Necker, à Paris, au chevet de leur petit fils de trois ans, assure RTL

14h52

Outre son allégeance à Daech, lors des négociations avec le RAID, Abballa a justifié son attaque terroriste en disant "avoir répondu à un communiqué de cet émir qui demandait, je cite, de +tuer des mécréants, chez eux avec leur famille+", a également révélé François Molins.

14h46

Abballa "connaissait la qualité de policier de la victime", selon François Molins. Par ailleurs, "un Coran et une djellaba blanche" ont été retrouvés dans son véhicule.

14h34

François Molins confirme les trois gardes à vue en cours concernant des personnes de l'entourage du terroriste (des hommes âgés de 27, 29 et 43 ans), ainsi que les écoutes dont il avait fait l'objet. "Plusieurs interceptions téléphoniques ont été ordonnées sur diverses lignes téléphoniques. Ces interceptions n'avaient pas mis en évidence le moindre élément permettant de déceler la préparation d'un acte violent", a-t-il précisé.

14h33

Lors de son incarcération, Abballa s'est livré à des "actes de prosélytisme", selon François Molins. Le procureur précise également que le jeune homme avait été libéré immédiatement après son procès pour participation à une filière djihadiste, en 2013, car la peine prononcée couvrait la détention provisoire qu'il avait purgée avant le verdict.

14h29

Une liste de cibles, mentionnant des personnalités publiques ou encore des rappeurs, a été retrouvée au domicile des victimes dans lequel s'était retranché Abballa, ainsi que trois téléphones.

François Molins confirme également que le terroriste a publié une vidéo de son crime sur Facebook.

14h28

Lorsqu'il était retranché, Abballa a menacé les hommes du RAID d'une "surprise" s'ils menaient l'assaut et de "tout faire sauter".

"Le tueur a indiqué être musulman pratiquant et avoir prêté allégeance à l'émir Al-Baghdadi  trois semaines plus tôt", a également confirmé François Molins.

14h26

La conférence de presse de François Molins commence. Le procureur de Paris rappelle le déroulé des faits, confirmant que c'est bien l'homme qui a été assassiné en premier avant qu'Abballa ne s'en prenne à la femme, dans le pavillon de la famille.

14h21

Larossi Abballa aurait été mis sur écoute trois fois au total depuis sa sortie de prison, avance Le Monde. Le dernier de ces "branchements" remonterait à avril 2016 mais n'aurait permis d'intercepter que des conversations banales liées au petit commerce de livraison de sandwich que le terroriste avait monté, selon le quotidien qui évoque une ligne "officielle". 

14h15

Une troisième personne proche de Larossi Abballa aurait été arrêtée, selon i>Télé. Ce sont ainsi désormais trois gardés à vue qui sont interrogés dans le cadre de l'enquête sur l'attentat perpétré contre un couple de policier lundi soir à Magnanville.

14h08

La négociation menée par le RAID lorsque Larossi Abballa était retranché au domicile de ses victimes a été courte "parce qu'on était face à un individu qui n'avait absolument pas d'ambition de négociation", a révélé le porte-parole de la police nationale Jérôme Bonet. Le terroriste était "dans une logique d'affrontement, de quasi-suicide", a-t-il décrit.

14h03

Larossi Abballa était sur écoute depuis février 2015, selon une information i>Télé confirmée par Le Parisien. Le terroriste avait été "branché" car son nom était apparu dans le cadre dinvestigations sur un homme parti faire le djihad en Syrie.

Ces écoutes n'auraient toutefois pas permis de percer à jour les projets d'attentat d'Abballa, s'il en avait déjà à ce stade.

13h57

Le commandant de police assassiné lundi à Magnanville venait d'être promu, raconte une de ses proches à RTL. "C'était un garçon très droit avec une moralité hors pair. C'est un gamin qui était brillant, qui venait d'être promu commandant", a-t-elle ainsi dévoilé. "Je l'aimais beaucoup, j'étais très admirative de ce qu'il était. C'est quelqu'un qui avait vraiment une valeur inouïe. Ce n'est pas juste", a-t-elle conclu.

13h45

Sur sa page Facebook, Jean-Luc Mélenchon s'est interrogé "sur la faiblesse du renseignement humain déployé sur notre sol qui aura permis au meurtrier pourtant signalé de préparer son coup et de le réaliser sans qu'aucune alerte soit donnée". Et d'ajouter: "la lutte contre les terroristes est une affaire sérieuse qui ne doit pas être traité comme une fatalité ou les meurtres chez les autres justifieraient la résignation à en subir chez soi".

13h38

Selon i>Télé, les policiers auraient retrouvé dans l'ordinateur du tueur une liste de six cibles potentielles dont deux personnalités publiques.

13h27

Au début de son Facebook Live, le tueur de Magnanville a commencé par prêter allégeance à Abou Bakr al-Bagdadi, le "calife" autoproclamé de l'organisation Etat islamique, selon le journaliste de RFI David Thomson

13h19

Le parcours de Larossi Abballa, le terroriste présumé de Magnanville, se précise. La délinquance, la radicalisation en prison, de mauvaises fréquentations et d'abord un petit rôle dans une affaire liée au terrorisme puis le passage à l'acte: Larossi Abballa, meurtrier d'un couple de policiers lundi dans les Yvelines, a suivi un parcours presque typique avant de commettre le pire et d'être abattu par la police (lire notre portrait du terroriste ICI).

13h09

Le procureur de la République de Paris, François Molins, a annoncé qu'il tiendrait une conférence de presse sur l'assassinat de Magnanville à 14h15.

13h01

Le journal Le Figaro a contacté Me Hervé Denis, qui défendait un des co-accusés de Larossi Abballa lors du procès de 2013. Ce dernier présente Laroussi Abballa "comme d'un individu limité intellectuellement, homme à tout faire d'un leader plus ou moins charismatique (Mohamed Niaz Abdul Raseed). Il avait, de mémoire, recruté son voisin de palier". Et d'ajouter: "au procès, il semblait passif, pas agressif ni revendicatif. C'était pour moi un homme en perdition psychologique, qui avait eu l'impression de servir à quelque chose au sein de ce groupe".

12h48

Les deux ténors de l'opposition, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont réagi.

Dans un communiqué publié sur son site de campagne, le maire de Bordeaux a témoigné de son soutien aux forces de l'ordre. "En s'attaquant, de sang-froid, à deux policiers en civil, à leur domicile, une nouvelle étape a été franchie. Grâce au professionnalisme de la BRI et du Raid, la vie d'un petit garçon de 3 ans, désormais orphelin, a pu être préservée".

De son côté, le patron des Républicains a estimé que "notre niveau de vigilance" devait "être adapté sans délai". "Dans le cadre de l'état d'urgence, notre niveau de vigilance doit être adapté sans délai et tous les enseignements de l'enquête judiciaire en cours sur le profil et le mobile du terroriste doivent être tirés pour renforcer la sécurité des Français et la protection de nos forces de l'ordre", écrit dans un communiqué l'ancien président, pour qui "c'est la République qui est visée et la Nation entière qui est prise pour cible".

 

12h41

Les différents représentants de policiers seront reçus ce mardi soir à 18h au ministère de l'Intérieur, viennent d'annoncer les services de Bernard Cazeneuve. 

 

12h28

Larossi Abballa faisait l'objet d'une mesure de placement sur écoute téléphonique, selon i>Télé. Celles-ci n'auraient toutefois rien donné. Le terroriste était fiché et avait déjà été condamné pour des faits en lien avec du terrorisme djihadiste, en 2013.

Le point à la mi-journée

Larossi Abballa, 25 ans, originaire de Mantes-la-Jolie et déjà condamné en 2013 pour participation à une filière djihadiste entre la France et le Pakistan, a tué un couple de policiers, lundi soir à leur domicile de Magnanville (Yvelines). Lors des négociations avec le RAID, le terroriste qui s'était retranché dans le pavillon s’est réclamé de Daech. L'organisation a également revendiqué l’attaque.

Comble de l'horreur, Abballa a filmé son opération, en utilisant le service Facebook Live, qui permet de mettre en ligne sur le réseau social des vidéos. Le journaliste spécialiste du djihadisme David Thomson, qui a pu la consulter: "Le bébé est derrière lui (Larossi Abballa, NDLR), sur le canapé. Après avoir tué ses parents il dit: +je ne sais pas encore ce que je vais faire avec lui+". Il a également diffusé des photos du corps de la mère, égorgée.

Le domicile du terroriste a été perquisitionné ce mardi matin. Situé dans le quartier des Garennes à Mantes-la-Jolie, et officiellement au nom de ses parents, l’appartement n’a apparemment pas servi de cache à des armes ou des explosifs. Peu avant midi, selon BFMTV, deux de ses proches ont été arrêtés.

 

11h59

BFMTV avance que deux personnes présentées comme appartenant à "l'entourage" de Larossi Abballa seraient en garde à vue. Dans ce type d'enquête, où les autorités cherchent à aller très vite pour "mettre hors d'état de nuire d'éventuels complices", selon les mots de Bernard Cazeneuve ce mardi matin, cette procédure reste assez habituelle. 

11h54

Bernard Cazeneuve vient d'annoncer qu'une minute de silence sera organisée mercredi 15 à midi en hommage au couple de fonctionnaires de police assassiné par le terroriste Larossi Abballa, lundi soir à Magnanville. Le ministère mettra également ses drapeaux en berne pour trois jours, de ce mardi à la mi-journée jusqu'à vendredi même heure. 

11h52

Les collègues du commandant de police assassiné décrivent un homme "généreux, rigoureux et très jovial", qui aurait par ailleurs été décoré pour acte de bravoure pendant son service au début des années 2000. Le maire DVG des Mureaux, où était affecté le fonctionnaire, le présente également comme "un type bien, vraiment bien". 

11h48

Sept policiers et militaires français sont morts dans des attentats ou attaques liées au terrorisme islamiste depuis que Mohamed Merah est passé à l'acte en mars 2012. Notre article détaillé à lire ICI.

11h32

Aucune arme ou explosif n'aurait été découvert au domicile de Larossi Abballa perquisitionné ce mardi matin suite à l'attentat perpétré la veille à Magnanville, selon BFMTV.

Très tôt ce matin, vers 5h, les policiers ont investi l'appartement où vivait Larossi Abballa. Celui-ci, situé dans le quartier des Garennes à Mantes-la-Jolie, une cité sensible, est au nom de ses parents mais qui seraient absents depuis plusieurs mois car à l'étranger pour s'occuper d'un proche. 

11h28

"Aucun d'entre nous ne devrait mourir en raison de ce qu'il est", vient de déclarer le ministère de l'Intérieur via un communiqué. Face à la menace terroriste redevenue prégnante, les services de Bernard Cazeneuve en appellent à "montrer que les Français sont un peuple fort, résiliant et fier".

11h22

"C'est le temps de la compassion pour ce couple de policiers et leurs collègues des Mureaux. Je connais l'abnégation des policiers, il y a des policiers dont les noms et les adresses circulent sur les réseaux sociaux, c'est l'instigation de voyous qu'eux-mêmes poursuivent mais, si des moyens existent, il n'y a pas de risque zéro", a ajouté Manuel Valls.

11h18

"Nous sommes en guerre contre le terrorisme. Il faut continuer cette lutte qui prendra du temps. Il s'agit d'individus nés en France, connus de nos services, mais qui se tapissent dans l'ombre", vient de déclarer Manuel Valls à propos de l'attentat perpétré lundi soir à Magnanville et qui a coûté la vie à un couple de policiers. "La mesure la plus forte qu'il faut prendre aujourd'hui c'est le respect et le rassemblement", a ajouté le Premier ministre, rappelant que "la France est attaquée pour ses valeurs et sa démocratie".

11h09

A la sortie du commissariat des Mureaux, où travaillait la femme assassinée par Larossi Abballa, Bernard Cazeneuve a déclaré que l'enquête doit permettre de "mettre hors d'état de nuire d'éventuels complices" du terroriste. Il a également souligné "la grande exposition des forces de sécurité intérieure, policiers et gendarmes, qui paient un lourd tribut pour assurer la sécurité des Français".

Des perquisitions ont été signalées dans la région de Magnanville, ce mardi matin. Et notamment au domicile d'Abballa, qui vivait dans la commune limitrophe de Mantes-la-Jolie. 

11h03

Larossi Abballa a purgé une peine de prison après avoir été condamné pour lien avec une filière djihadiste, en 2013. Il serait notamment passé par des établissements pénitentiaires situés à Rouen, Paris (la Santé) et dans le Val d'Oise. Dans ce dernier, il aurait été signalé pour radicalisation par les fonctionnaires de l'administration pénitentiaire spécialement formés en ce sens.

10h51

Le déroulé des faits de l'attentat pourrait être tout autre que celui avancé depuis lundi soir. Jusqu'ici tous les médias, FranceSoir inclus, évoquaient l'attaque du policier devant son domicile par Larossi Abballa, qui se serait ensuite retranché dans le pavillon et aurait tué la femme, également fonctionnaire de police.

Mais, ce mardi matin, Le Parisien révèle que la maison des victimes présente des traces d'effraction. Il se pourrait ainsi que le terroriste se soit ainsi introduit par surprise dans les lieux avant de tuer la femme, puis de s'en prendre à son compagnon.

Plus d'informations devraient suivre dans les prochaines heures.

10h37

Sur Facebook Live, Larossi Abballa a donc bien posté la vidéo de son attaque. Un peu plus de 13 minutes d'images qu'à pu consulter le journaliste spécialiste du djihadisme David Thomson. "Le bébé est derrière lui (Larossi Abballa, NDLR), sur le canapé. Après avoir tué ses parents il dit: +je ne sais pas encore ce que je vais faire avec lui+", décrit notamment Thomson.

La page du terroriste a été fermé par Facebook ce matin.

10h33

Le domicile de Larossi Abballa, le terroriste ayant assassiné deux policiers lundi soir à Magnanville, a été perquisitionné très tôt ce mardi matin. "Je suis très étonné, c'est un garçon bien, sans histoires, il livrait des sandwichs dans le quartier", dit du suspect un habitant de l'immeuble situé dans le quartier sensible du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie, cité par Le Figaro

10h26

Bernard Cazeneuve et Stéphane Le Foll, respectivement ministre de l'intérieur et porte-parole du gouvernement (en charge de l'Agriculture), ont réagi pour dénoncer un "acte de terrorisme abjecte". Notre article à lire ICI.

10h14

Le maire de Magnanville, Michel Lebouc, dénonce un "crime inqualifiable" après l'attentat perpétré contre un couple de policiers, lundi soir. "Nous allons ouvrir une cellule psychologique pour accompagner les témoins et les habitants très choqués", a détaillé le maire PCF, puis d'ajouter: "ils viennent jusque dans nos communes pour frapper l'Etat. J'en appelle à la solidarité nationale".

10h06

Des perquisitions ont été menées ce mardi matin dans la région de Mantes-la-Jolie, commune limitrophe de Magnanville où a été perpétré l'attentat. Des éléments sur lesquels FranceSoir restera discret à la demande des autorités. "Il faut la plus grande prudence dans les éléments communiqués pour ne pas compromettre l'enquête. Il pourrait y avoir des interpellations", a ainsi demandé ce matin Bernard Cazeneuve.

Le point à 10h

Deux policiers ont été tués au couteau à leur domicile lundi soir à Magnanville, dans les Yvelines. Le terroriste qui s'était retranché dans la maison de ses victimes, âgées de 42 et 36 ans, a été abattu par le RAID lors d'un assaut. L'enfant de trois ans du couple assassiné a pour sa part survécu.

Le terroriste serait un certain Larossi Abballa, 25 ans, de nationalité française et résidant à Mantes-la-Jolie, une commune toute proche des lieux du drame. Il a déjà été condamné et incarcéré pour des faits en lien avec le terrorisme en 2013 et était fiché S pour des liens avec un djihadiste parti en Syrie.

Abballa a dit agir au nom de Daech, qui a revendiqué l'attaque, et a diffusé en direct sur Facebook Live une vidéo de son acte où l'on voit notamment le jeune enfant du couple, terrorisé. Des photos des deux policiers ont également été postées. La femme a été égorgée.

Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête et François Hollande a dénoncé ce mardi matin un "acte incontestablement terroriste".

 

9h53

"Le djihadiste Larossi, c'est moi qui l'ai interrogé et mis en examen", dit le juge Marc Trévidic au Figaro. "A l'époque, à part ses mauvaises fréquentations et quelques joggings pour entretenir sa forme, il n'y avait pas grand-chose à lui reprocher sur le plan des poursuites pénales", se souvient l'ancien juge antiterroriste.

9h47

Bernard Cazeneuve est arrivé au commissariat des Mureaux, où travaillait le commandant de police poignardé à mort par Larossi Abballa lundi soir. Il devrait prendre la parole après avoir rencontré les collègues de la victime pour leur témoigner son soutien. Le ministre de l'Intérieur doit ensuite se rendre au commissariat de Mantes-la-Jolie, à quelques kilomètres de là, où était affectée Jessica S., seconde victime du terroriste et également fonctionnaire de police.

9h40

"Orlando a été le signal de départ d'une série d'attentats", redoute le spécialiste du monde arabe et musulman Mathieu Guidère sur France Info. Puis de rappeler que "juste avant le mois du Ramadan, le porte-parole de l'EI a appelé tous les soldats du califat, c'est-à-dire tous (ses) sympathisants, à perpétrer des attentats en particulier dans trois pays, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne". Mathieu Guidère dit ainsi que l'on "peut malheureusement s'attendre au pire" prochainement. 

9h32

François Hollande réagit à l'attentat contre des policiers perpétré lundi soir à Magnanville. "Nous devons agir ensemble la lutte contre le terrorisme n'est pas une lutte qui ne concerne qu'un seul pays (...) elle doit appeler une action internationale résolue, un suivi des individus". Puis d'ajouter: "la France est confrontée à une menace terroriste de très grande importance. Le niveau de la menace est partout très élevé. Nous avons à mobiliser des moyens très importants".

9h26

Le terroriste Larossi Abballa a diffusé une vidéo de 13 minutes et 15 secondes ainsi que des photos de son attaque sur son compte Facebook, selon le journaliste spécialiste du djihadisme David Thomson. Ce compte viendrait d'être suspendu par le réseau social.

9h24

François Hollande prend la parole pour dénoncer un "acte incontestablement terroriste". 

9h20

Larossi Abballa a donc diffusé son attentat sur le Live de son Facebook. "Le bébé est derrière lui, sur le canapé. Après avoir tué ses parents il dit: +je ne sais pas encore ce que je vais faire avec lui+", décrit David Thomson, qui semble avoir eu accès à ces éléments.

9h17

L'assaillant, identifié comme Larossi Abballa, une identité toutefois pas encore confirmée ce mardi matin par les autorités, aurait revendiqué son acte sur son compte Facebook, selon le journaliste spécialiste du djihadisme David Thomson.

Dans son message, Il aurait appellé à tuer les policiers, les gardiens de prisons, les journalistes, les rappeurs, et déclaré que "l'euro sera un cimetière". Il aurait également posté des photos de ses victimes, dont celle de Jessica S., 36 ans, qu'il aurait égorgée selon des sources policières.

 

9h11

Les autorités ne "doutent pas de la fiabilité" de la revendication de l'attentat perpétré lundi soir à Magnanville, selon les informations du Monde. Le quotidien du soir avance même que ce type d'attaques était "redouté depuis longtemps" par les autorités, de par son caractère imprévisible et son impact sur la population. Le tout sans nécessiter beaucoup de moyens.

9h05

"Hommage à nos collègues décédés, pensées émues pour leurs familles et leurs proches", a twitté la police nationale sur son compte officiel, dans la nuit de lundi à mardi. Un message accompagné d'une photo où est écrit "notre vocation, c'est vous!".

9h02

A la sortie de l'Elysée, Bernard Cazeneuve dénonce un "acte terroriste abject a été commis hier à Magnanville". Le ministre de l'Intérieur a également rappelé que "plus de 100 individus arrêtés depuis début 2016" par les services antiterroristes, ce qui témoigne de leur "activité extrêmement intense".

8h56

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve est sorti de la réunion organisée par François Hollande à l'Elysée. Il va maintenant se rendre aux Mureaux et à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, dans les commissariats où étaient affectées les deux victimes assassinées lundi soir à Magnanville, commune toute proche. 

8h49

Le suspect serait un certain Larossi A., âgé de 25 ans. De nationalité française, le terroriste qui s'est revendiqué de Daech après les meurtres de deux policiers à Magnanville, lundi soir, résidait à Mantes-la-Jolie, une commune limitrophe des Yvelines.

Il aurait poignardé sa victime à neuf reprises avant de se retrancher dans la maison du couple. Là, il a égorgé la femme et été abattu lors d el'assaut du Raid survenu quelques heures plus tard, après l'échec des négociations. L'enfant du couple, âgé de trois ans, a été retrouvé indemne dans le pavillon.

8h31

Selon plusieurs sources policières, la femme du policier retrouvé morte dans la maison familiale où s'était retranché le terroriste aurait été égorgée. Jessica S. était âgée de 36 ans et fonctionnaire de police au commissariat de Mantes-la-Jolie.

8h17

"Cet acte a été fait par quelqu'un qui avait été effectivement arrêté pour recrutement", vient de confirmer Stéphane Le Foll sur RTL. " Sur le terrain, Daech recule et est en grande difficulté, et a la volonté de continuer à diffuser sa haine", a ajouté le porte-parole du gouvernement.

8h01

François Hollande réunit en ce moment à l'Elysée le Premier ministre Manuel Valls et les ministres de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et de la Justice Jean-Jacques Urvoas pour fair ele point sur l'attentat survenu lundi soir à Magnanville.

7h52

Selon plusieurs informations de presse, citant des sources policières et judiciaires, le suspect, un certain Larossi A., 25 ans et de nationalité française, aurait été condamné en 2013 pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes" dans le cadre du procès d'une filière d'acheminement de djihadistes vers les zones tribales pakistano-afghanes. D'autres sources avancent également qu'il était aussi fiché pour sa radicalisation et était visé par une enquête des services antiterroristes.

 

Deux policiers tués chez eux, en présence de leur enfant de trois ans. Voilà le terrible bilan de l'attaque d'un couple de fonctionnaires de la police nationale par un homme armé d'un couteau survenue lundi 13 au soir à Magnanville, petite commune pavillonnaire des Yvelines située tout près de Mantes-la-Jolie. L'assaillant, abattu par le RAID, s'est réclamé de Daech, qui a par ailleurs revendiqué l'attaque. Il était connu pour radicalisation, selon i>Télé.

Il était aux alentours de 21h lorsque un homme a attaqué le commandant de police âgé de 42 ans, qui rentrait chez lui et était en civil. A quelques mètres du domicile de sa victime, il lui aurait alors porté plusieurs coups de couteau notamment au niveau de l'abdomen. Le fonctionnaire aurait rapidement succombé à ses blessures.

Le suspect se serait ensuite engouffré dans le pavillon de la famille, semblant prendre en otage la femme du policier, 36 ans et elle même agent administratif au commissariat de Mantes-la-Jolie.

Alors que le quartier était entièrement bouclé, le RAID a été dépêché sur place. Des négociations ont été entamées vers 22h30. Face à la détermination du forcené, un assaut a fini par être ordonné. Lors de celui-ci, les policiers d'élite ont abattu le suspect et découvert le corps, égorgé selon certaines sources, de la femme. Le petit garçon de la famille, âgé de trois ans, a pour sa part été retrouvé indemne bien que très choqué.

Le suspect, un certain Larossi A. aurait été condamné en 2013 pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes".


Commentaires

-