EN DIRECT - Attentats de Paris: les terroritstes "auraient pu frapper de nouveau" selon Bernard Cazeneuve

EN DIRECT - Attentats de Paris: les terroritstes "auraient pu frapper de nouveau" selon Bernard Cazeneuve

Publié le :

Mercredi 18 Novembre 2015 - 07:10

Mise à jour :

Mercredi 18 Novembre 2015 - 15:58
Cinq jours après les attentats de Paris, la traque se poursuit ce mercredi. Un assaut policier a eu lieu ce mercredi matin à Saint-Denis. "L'opération est terminée", a expliqué Stéphane Le Foll peu avant midi. Cinq membres des forces de l'ordre ont été blessés, deux suspects sont morts, dont une femme kamikaze, et sept personnes ont été interpellées.
©Jacky Naegelen
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

 

Fin de ce direct sur l'assaut mené ce mercredi à Saint-Denis. Retrouvez plus d'informations sur les attentats de Paris dans notre dossier spécial et l'ensemble de l'actualité sur FranceSoir.fr.

 

15h38

Selon Bernard Cazeneuve, il pourrait y avoir "peut-être davantage" de deux morts suite à l'intervention de Saint-Denis. Le premier bilan faisait état de deux terroristes morts et de sept interpellations (dont trois dans l'appartement où étaient retranchés les terroristes) ainsi que de cinq blessés parmi les forces de l'ordre.

 

15h30

Le parquet belge a confirmé que Salah Abdeslam (toujours en fuite) et son frère Brahim (kamikaze du Boulevard Voltaire) avait tout deux étaient interrogés avant les attentats de vendredi 13. La justice était au courant de leur radicalisation après qu'ils ont tenté de se rendre en Syrie. Faute de preuve sur leur appartenance à une organisation terroriste, ils n'ont pu être arrêtés et l'information n'a pas été communiquée aux services français.

 

15h20

Bernard Cazeneuve s'est exprimé sur l'assaut de ce matin à l'Assemblée nationale lors de la séance des questions au gouvernement: "l'action de ce matin a été conduite contre des personnes qui auraient pu frapper de nouveau", a-t-il déclaré. Ajoutant que les policiers du RAID et de la BRI "n'avaient (jamais) rencontré un feu d'une telle violence".

 

15h10

Selon le ministère de l'Intérieur, durant les trois dernières nuits ont été réalisées 414 perquisitions, 60 placements en garde à vue et 75 armes  ont été saisies. Ont également été prononcées 118 assignations à résidence.

 

Le point à 15h

Les hommes du Raid et de la BRI ont mené conjointement un assaut dans un immeuble de Saint-Denis à partir de 4h30 dans la nuit de mardi à ce mercredi. Deux terroristes présumés ont été tués, l'un par un sniper, l'autre, une femme, a actionné une ceinture d'explosifs. Cinq membres des forces de l'ordre ont été blessés mais leurs jours ne seraient pas en danger.

L'assaut a duré plus de sept heures et a pris fin en milieu de journée. Sept personnes ont été interpellées dont l'homme qui hébergeait les terroristes. Il dit avoir voulu rendre service à un "ami", et deux autres personnes "qui venaient de Belgique". Il avait été condamné en 2008 pour avoir poignardé un homme à mort en 2006.

Les autorités ont confirmé que cette opération était liée aux attentats de Paris. Elle avait pour objectif d'interpeller Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur présumé des attentats de vendredi 13, et qui était jusque-là présumé être en Syrie. Sa présence dans l'appartement ou parmi les morts ou les interpellés n'a pas été confirmée.

"Toute notre gratitude va aux policiers qui sont allés jusqu'au bout de leur mission", a déclaré François Hollande devant le congrès des maires de France. Bernard Cazeneuve, présent à Saint-Denis, a adressé "sincères félicitations aux policiers du Raid et de la BRI qui, essuyant le feu à de nombreuses reprises dans des conditions qu'ils n'ont encore jamais rencontré, ont réussi leur mission"

 

14h28

Les rumeurs et faux messages d'alerte parlant d'attentats ou d'opérations de police et appelant à diffuser l'information se multiplient ce mercredi, notamment par SMS. Hier, la préfecture de police de Paris rappelait l'importance de ne pas relayer ces informations.

Selon le code pénal: "Le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information dans le but de faire croire qu'une destruction, une dégradation ou une détérioration dangereuse pour les personnes va être ou a été commise est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende. Est puni des mêmes peines le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer l'intervention inutile des secours".

 

14h20

Interrogé par FranceTV Info, l'avocat du "logeur" des terroristes interpellés ou tués à Saint-Denis, condamné pour des violences ayant entraîné la mort en 2008, se souvient d'un homme: "nerveux, impulsif, avec un rapport compliqué à l'autorité", mais n'ayant "aucun discours particulier et pas plus sur la société que la religion".

 

14h05

Toujours au rassemblement des maires de France, François Hollande a fait une autre annonce. Il veut "mieux protéger les policiers municipaux en finançant leurs équipements" et "en apportant aux maires qui le souhaitent les armes qui seront prélevées sur les stocks de la police nationale". 

 

14h00

La dissolution des lieux et groupes faisant "l'apologie du terrorisme", facilitée dans le cadre de l'état d'urgence par un projet de loi présenté ce mercredi matin en Conseil des ministres, se fera "immédiatement", a promis François Hollande.

 

13h55

La préfecture déléguée à la Sécurité et la Sûreté des aéroports de Paris-Charles de Gaulle et du Bourget a confirmé les perquisitions en cours dans l'aéroport, sans préciser les lieux, ni les entreprises visées. "Elles n'ont pas de lien direct avec les attentats mais relèvent de plusieurs objectifs, notamment la recherche d'éléments en lien avec des phénomènes de radicalisation", a-t-elle indiqué.

 

13h35

Le "logeur" de l'appartement où a été mené l'assaut de ce mercredi matin à Saint-Denis serait bien connu de la police. Cet homme, qui dit avoir "prêté pour rendre service" le logement dans lequel il y avait "beaucoup de passage" selon un riverain, a été condamné à huit ans de prison pour meurtre en 2008.

Celui qui dit ignorer que des terroristes étaient cachés dans son appartement fait parti des sept interpellés lors de l'opération de ce mercredi et est actuellement interrogé par l'antiterrorisme.

 

13h32

Des perquisitions ont été menées ce mercredi à l'aéroport de Roissy, selon des sources concordantes. La branche cargo du groupe Air France serait notamment concernée.

 

13h26

L'Etat d'urgence est bien étendu aux départements d'Outre-mer. François Hollande défend "des restrictions temporaires des libertés" pour mieux ensuite "nous donner les moyens de les rétablir pleinement".

 

13h22

"Je me rendrai mardi prochain à Washington et jeudi prochain à Moscou, pour évoquer avec Barack Obama puis avec Vladimir Poutine" la coordination des actions. "Nous devons former une large coalition", en a-t-il appelé.

 

13h19

"Nous devons veiller à préserver l'unité qui fait notre force", souligne François Hollande pour qui Daech veut "semer l'effroi".

"Face à la menace terroriste il n'y a plus de clivages partisans qui tiennent", martèle le président face aux maires de France.

 

13h16

"Plusieurs" policiers ont été blessés lors de l'assaut, confirme le président de la République, en rendant hommage aux forces de l'ordre.

"Ces actions nous confirment que nous sommes dans la guerre, une guerre contre un terrorisme qui a décidé de nous mener la guerre. C'est l'organisation terroriste Daech, (qui) dispose d'une armée", dit le chef de l'Etat.

"Ces attentats concernent tous les Français", dit François Hollande. "Le pays tout entier a été attaqué (...) tout simplement pour ce que nous sommes, ce que représente la France (....) les droits universels qu'elle défend".

 

13h12

Les opérations menées ce matin sont "en lien" avec les attentats de vendredi 13, confirme François Hollande qui s'exprime actuellement au rassemblement des maires de France.

 

13h10

La jeune femme qui s'est fait exploser lors de l'assaut contre l'appartement de Saint-Denis, ce mercredi matin, serait la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur présumé des attentats de vendredi 13. Elle se prénommerait Hasna, selon BFMTV.

 

13h05

Le propriétaire de l'appartement où a été donné l'assaut, ce mercredi matin à Saint-Denis, serait connu de la police, avance BFMTV. La chaîne d'information en continue évoque un homme déjà condamné à une peine de huit ans de prison en 2008.

 

12h45

Peu avant midi, une petite dizaine de policiers ont défoncé à la hache une porte de l'église Saint-Denys-de-l'Estrée et pénétré dans le lieu de culte, sans que l'on connaisse les raisons de l'intervention. Les forces de l'ordre sont ressortis apparemment bredouilles environ un quart d'heure plus tard. 

 

12h30

Les 129 victimes des attentats de Paris et de Saint-Denis du vendredi 13 novembre ont été identifiées, annonce le conseil des ministres.

 

12h25

Le procureur de Paris François Molins a expliqué que cette action de ce matin a été menée dans le cadre de l'enquête ouverte vendredi à la suite des attentats de Paris et de Saint-Denis. Dans le cadre des investigations faites ont permit d'obtenir "des éléments qui laissaient penser qu'Abdelhamid Abaaoud se trouvait dans un appartement conspiratif".

Présent sur place avec Bernard Cazeneuve, il a confirmé que "trois personnes qui se trouvaient dans l'appartement" ont été interpellées. Par la suite, "une jeune femme qui est en cours d'identification s'est fait exploser". Un troisième terroriste décédé a été "retrouvé à la fin de l'opération, atteint par des projectiles et des grenades". Deux autres personnes ont été retrouvées "cachées dans les gravats et interpellées".Deux personnes supplémentaires ont été interpellées, "celui qui a fourni le logement et une des ses connaissances", a précisé le procureur. Ce dernier a insisté sur l'impossibilité, pour l'heure, de communiquer les identités des personnes.

 

12h15

Arrivé à Saint-Denis, Bernard Cazeneuve a donné quelques précisions sur l'assaut qui s'est déroulé à Saint-Denis ce mercredi.

"Sept personnes ont été interpellées et deux personnes ont été tuées" dans l'action des forces de l'ordre.

"Je tiens à adresser mes sincères félicitations aux policiers du Raid et de la BRI qui, essuyant le feu à de nombreuses reprises dans des conditions qu'ils n'ont encore jamais rencontré, ont réussi leur mission".

"Je tiens à saluer le sang-froid des habitants de Saint-Denis qui en respectant les consignes de sécurité ont contribué à la réussite de cette action".

 

12h00

Le point sur les évènements à midi: un assaut des forces de l'ordre, Raid et BRI, a eu lieu ce mercredi matin contre un appartement soupçonné d'abriter des terroristes présumés à Saint-Denis. Au cours de l'intervention qui a débuté à 4h20, une femme portant un gilet d'explosif s'est fait exploser. Un chien policier a été tué, probablement par cette déflagration. Un autre suspect a été abattu par un sniper de la police. Cinq personnes ont été interpellées à l'intérieur de l'immeuble dont trois dans l'appartement incriminé. Deux autres ont été appréhendées par les forces de l'ordre dans des rues adjacentes de Saint-Denis, parmi lesquelles le propriétaire du logement où se trouvaient les terroristes.

Au cours de l'action, cinq membres des forces de l'ordre ont été légèrement blessés. L'opération a pris fin peu avant midi, comme l'a expliqué Stéphane Le Foll.

La femme kamikaze était soupçonnée par les forces de l'ordre d'héberger Abdelhamid Abaaoud, un djihadiste belge particulièrement impliqué dans la préparation des attentats de Paris. Ce dernier, que l'on soupçonnait d'être actuellement en Syrie, pourrait faire partie des interpellés. 

 

11h50

"L’opération est terminée", a indiqué le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, fera rapidement une intervention pour donner plus d’informations. "C’est dans le cadre de l'état d’urgence que les interpellations ont été possibles cette nuit", a-t-il précisé.

Stéphane Le Foll a annoncé également que le premier ministre Manuel Valls a présenté le projet de loi permettant la prolongation de l'état d'urgence.

 

11h30

Le parquet de Paris ne confirme pas un éventuel projet d'attentat contre le quartier de La Défense par les terroristes présumés qui subissent l'assaut des hommes du Raid et de la BRI ce mercredi matin.

 

1h30

Alors que les opérations se poursuivent à Saint-Denis, la gendarmerie nationale a indiqué que des contrôles étaient en cours partout en France. Elle appelle les citoyens à ne pas signaler les positions des forces de l'ordre pour ne pas compliquer les recherches, sur son compte Twitter.

 

11h20

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé ce mercredi qu'il allait diffuser auprès des quelque 2.500 mosquées de France un "texte solennel" condamnant "sans ambiguïté" toute "forme de violence ou de terrorisme", en vue du prêche de vendredi prochain.

 

11h10

Une nouvelle intervention aurait lieu dans l'immeuble visé par une action du Raid et de la BRI depuis ce matin, mais à un autre étage que celui où se trouve l'appartement où sont retranchés un ou deux terroristes. Selon BFMTV, deux nouvelles personnes ont été interpellées dans l'immeuble, portant à sept le nombre total d'interpellations. Citant une source policière, l'Obs affirme qu'Abdelhamid Abaaoud ne fait pas partie des interpellés, mais il est très probablement parmi les retranchés.

 

10h50

Une cellule psychologique a été mise en place pour prendre en charge les personnes évacuées de l'immeuble de Saint-Denis où a eu lieu l'assaut depuis 4h20 ce matin. Une quinzaine de personnes ont été évacuées dans la nuit, dont des femmes et des enfants.

 

10h45

Les suspects de l'appartement de Saint-Denis projetaient un attentat dans le quartier d'affaires de La Défense, a indiqué une source proche de l'enquête.

 

10h35

Ce sont 20 lignes de bus qui sont interrompues en raison de l'assaut, a confirmé la RATP. Le trafic est toujours interrompu sur la ligne 13 du métro entre Carrefour Pleyel et Saint-Denis Université.  Le trafic est interrompu par mesure de sécurité sur toute la ligne de tramway T5 Marché Saint-Denis - Garges-Sarcelles, sur la T1 entre la Courneuve - Six Routes et les Courtilles, et sur la T8 entre Delaunay-Belleville et Saint-Denis-porte de Paris.

 

10h25

En raison de l'assaut en cours dans le centre-ville de Saint-Denis, le Centre des monuments nationaux a annoncé que la basilique Saint-Denis restera fermée ce mercredi.

 

10h15

La police nationale a indiqué sur Twitter que cinq policiers, membres du Raid, ont été légèrement blessés dans le cadre de l'opération en cours.

 

10h05

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, ont rejoint François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, qui suivent l'assaut depuis l’Élysée. 

 

09h50

Le périmètre de sécurité a été mis en place bien au-delà de la ville de Saint-Denis. A Paris, sous le boulevard périphérique, des patrouilles de policiers armés scrutent les vehicules et leurs conducteurs. 

 

09h45

Selon les forces de l'ordre, un chien policier a été tué au début de l'assaut contre un appartement de Saint-Denis. Les forces de police l'avaient fait entrer dans l'appartement pour jauger la menace à l'intérieur. L'animal a été tué alors qu'il pénétrait le lieu de l'attaque.

 

09h39

François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve sont actuellement réunis à l'Elysée pour évoquer l'opération en cours à Saint-Denis.

 

09h35

Selon les dernières informations émises par le ministère de l'Intérieur, aucun suspect émanant de l'appartement de Saint-Denis n'est en fuite. Une source policière a affirmé au Figaro qu'aucun civil n'a été tué dans l'échange de tirs contrairement à ce qu'affirmait plus tôt Europe-1.

 

09h28

Le procureur de la République de Paris François Molins annonce que toutes les gardes à vue dans l'entourage des terroristes Ismaël Mostefaï et Sami Amimour ont été levées.

 

09h23

Selon Europe-1, un civil aurait été mortellement touché par une balle perdue.

 

09h20

L'assaut continu. Un ou deux terroristes sont toujours retranchés. 

 

09h10

"Une femme retranchée dans l'appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l'assaut, est morte", écrit le procureur de Paris, François Molins, dans un communiqué. Par ailleurs, il précise que trois hommes retranchés dans l'appartement, en ont été "extraits par le Raid et ont été placés en garde à vue. Leurs identités ne sont pas établies à ce stade".

 

09h00

Selon des sources policières, cinq personnes ont été placées en garde à vue suite à l'assaut donné par le Raid ce mercredi matin à Saint-Denis. Au moins trois d'entre elles se trouvaient dans l'appartement visé par les forces de l'ordre.

 

08h50

L'université Paris-8, qui se trouve à Saint-Denis, renouvelle sur Twitter son appel aux étudiants à ne pas venir. L'établissement explique ne pas fermer ses portes pour accueillir des étudiants qui n'auraient pas été informés de la situation.

 

08h45

Un homme a été interpellé par les policiers ce mercredi matin. Il dit avoir hébergé deux personnes "qui venaient de Belgique" dans l'appartement de Saint-Denis, au nord de Paris. "Un ami m'a demandé d'héberger deux de ses potes pour quelques jours", a raconté l'homme d'une trentaine d'années, qui a expliqué avoir mis à leur disposition un appartement situé 8, rue du Corbillon. "J'ai dit qu'il n'y avait pas de matelas, ils m'ont dit +c'est pas grave+, ils voulaient juste de l'eau et faire la prière. J'ai rappelé mon ami. Il m'a dit qu'ils venaient de Belgique", a-t-il poursuivi.

"On m'a demandé de rendre service, j'ai rendu service, je n'étais pas au courant que c'était des terroristes", a expliqué l'homme. 

 

08h40

Alors que l'assaut est toujours en cours à Saint-Denis, l'enquête progresse toujours. Selon Mediapart, les forces de police ont retrouvé le téléphone portable d'un des kamikazes du Bataclan dans une poubelle à proximité du bâtiment. Il contient un SMS: "on est parti on commence". C'est grâce à ce téléphone que les enquêteurs ont remonté la piste jusqu'à l'un des points de chute des commandos à Alfortville. La recherche sur la géolocalisation dudit téléphone indique que son propriétaire y était passé avant les attaques. 

08h30

La police nationale a demandé sur Twitter aux passants et habitants de Saint-Denis de continuer à respecter les consignes de sécurité car l'opération du Raid est toujours en cours. 

 

08h20

La tension est un peu retombée à Saint-Denis. Toutefois, l'opération de police serait toujours en cours, les négociateurs du Raid tenteraient de forcer le dernier terroriste présumé retranché dans l'appartement à se rendre.

 

08h15

Selon les sources policières, une femme kamikaze aurait actionné son gilet d'explosifs pour se faire exploser à l'intérieur de l'appartement visé par le Raid. C'est la première fois qu'une femme meurt dans ce genre d'opération en Europe occidentale. 

 

08h10

Bernard Cazeneuve et Manuel Valls sont attendus à l'Elysée dans les prochaines minutes pour une réunion de crise avec le président de la République.

 

08h05

En application de l'état d'urgence, des perquisitions administratives ont eu lieu ce mercredi au petit matin en Ariège, à Toulouse et dans une autre commune de Haute-Garonne. Elles visaient des milieux islamistes radicaux sans liens avec les attentats de Paris selon les premières informations.

 

08h00

La Garde des Sceaux Chrisitiane Taubira, invitée sur Europe-1, a annoncé que l'assaut était en train de se terminer à Saint-Denis. Selon des sources policières, 3 suspects auraient été interpellés par les hommes du Raid, une femme kamikaze s'est fait exploser, un homme a été abattu par un sniper et un dernier djihadiste présumé serait encore retranché dans l'appartement visé.

 

07h54

Un des policiers blessés a été transporté à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, indique BFMTV. 

 

07h50

Les transports en commun sont fortement perturbés à Saint-Denis, en raison de l'intervention du Raid. Les lignes T1, T5, T8 du tramway sont interrompues, tout comme la ligne 13 du métro. Aucun bus ne circule dans cette zone également.

 

07h47

Selon BFMTV, trois interpellations auraient eu lieu au cours de l'assaut. 

 

07h45

L'armée envoie deux compagnies de militaires de l'opération "Sentinelle", soit une centaine d'hommes, afin de sécuriser les abords de l'intervention policière. Cela avait déjà été fait vendredi autour du Bataclan.

 

07h38

De fortes détonations successives viennent d'être entendues à proximité du lieu de l'assaut qui se situe rue de la République à Saint-Denis.

 

07h30

Un assaut policier est en cours depuis 4h00 du matin à Saint-Denis. Les forces de l'ordre sont après Abdelhamid Abaaoud, le djihadiste belge commanditaire des attentats. Tout un quartier piéton de la ville est bouclé et les riverains, fermement invités à rester chez eux par la préfecture de police et la mairie, ont entendu plusieurs coups de feu par intermittence. Des policiers ont été blessés légèrement pendant l'assaut tandis que deux suspects auraient été tués, une femme qui se serait fait exploser et un homme abattu par un sniper de la police.

7h24

"J'ai vu des hommes cagoulés se déplacer il y a une dizaine de minutes. L'armée vient d'arriver, avec deux fourgons qui se sont installés à côté d'un bar-tabac", raconte sur RMC Jean-Yacine, étudiant. 

 

07h20

Le parquet antiterroriste confirme à France-2 qu'Abdelhamid Abaaoud était bien la cible de l'assaut. Il est toutefois impossible de confirmer pour l'heure que l'homme est présent dans l'appartement visé par le dispositif du Raid.

 

07h10

Sur Twitter, la police nationale demande aux habitants de Saint-Denis de rester chez eux pour ne pas perturber l'opération. 

 

07h00

Selon plusieurs sources, l'une des personnes retranchées dans un appartement de Saint-Denis serait le commanditaire présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud, un djihadiste belge de 28 ans qu'on croyait jusque là en Syrie (voir notre article ici). Il aurait également commandité les attentats avortés du Thalys et de l'église de Villejuif. Trois personnes auraient déjà été arrêtées.

 

06h35

D'après le Monde qui cite une source policière, deux hommes auraient été tués dans l'assaut. 

 

06h28

Deux vols Air France des Etats-Unis en direction de Paris ont été déroutés mardi 17 au soir après des menaces anonymes par téléphone évoquant la présence d'une bombe à bord. Un des avions a été dérouté vers Salt Lake City, dans l'Utah (ouest), après avoir décollé de Los Angeles (Californie, ouest), tandis que le second, parti de Washington, s'est posé à Halifax, au Canada (est). 

 

06h30

Deux à trois hommes seraient retranchés dans un appartement. Un hélicoptère survole et éclaire les toits des immeubles. "Nous accueillons en mairie les riverains traumatisés par l'opération du Raid", a déclaré  l'adjoint au maire de Saint-Denis Stéphane Peu.

 

06h25

Une fusillade a éclaté vers 4h20 du matin à Saint-Denis, près de la rue piétonne de la République. Trois suspects auraient été tués et des policiers seraient blessés. Les forcent de l'ordre traquent un neuvième terroristes qui auraient participé aux attentats de vendredi 13. 

 

L'assaut à Saint-Denis est terminé. Cinq membres des forces de l'ordre ont été blessés, deux suspects abattus et sept personnes ont été interpellées.


Commentaires

-