EN DIRECT. Attentats déjoués à Paris: "nous sommes toujours sous la menace terroriste", déclare François Hollande

EN DIRECT. Attentats déjoués à Paris: "nous sommes toujours sous la menace terroriste", déclare François Hollande

Publié le :

Mercredi 22 Avril 2015 - 11:06

Mise à jour :

Mercredi 22 Avril 2015 - 18:48
Trois mois après les tragiques attentats de Paris qui ont coûté la vie à 17 personnes, Bernard Cazeneuve a annoncé ce mercredi qu'un homme, terroriste présumé, avait été interpellé dimanche 19 avril. Il est soupçonné d'avoir voulu perpétrer des attentats contre des lieux de culte chrétiens à Paris.
©Capture d'écran BFMTV
PARTAGER :
-A +A

Merci d'avoir suivi ce direct. Retrouvez la synthèse de la journée et le reste de l'actualité sur FranceSoir.fr

 

18h40

Après avoir visité les églises de Villejuif et rencontré les autorités politiques et religieuses de la ville, Manuel Valls s'est brièvement exprimé sur l'attentat déjoué:"En janvier c'est  la liberté d'expression, les forces de l'ordre et des Français juifs qui étaient visés. Cette fois c'étaient des Chrétiens".

"Le gouvernement prendra les mesures nécessaires à la protection des lieux de culte les plus sensibles. Les fidèles doivent pouvoir aller à la messe en toute sécurité, c'est la plus belle réponse à apporter aux terroristes".

"Ce sont des symboles de liberté de notre pays qui sont visés. La réponse, c'est le rassemblement, l'unité, la démocratie, le vivre ensemble et la capacité à répondre comme les Français l'ont fait le 11 janvier".

"Jamais dans notre histoire contemporaine nous n'avons été face à une telle menace. Nous y répondons par la loi et la mobilisation des Français. La France, l'Etat, sa police, ses armées, ses services, mais d'abord les Français feront face, n'en doutez pas, à ces menaces terroristes".

 

18h00

Manuel Valls et Bernard Cazeneuve se sont rendus à l'église Sainte-Thérése à Villejuif. Ils devraient ensuite se rendre à celle de Saint-Cyr, toujours à Villejuif. Les deux lieux de cultes étaient des cibles probables de Sid Ahmed Ghlam.

 

17h50

Le Front national a réagi sur cet attentat déjoué qui témoigne selon un communiqué du parti d'une "menace islamiste plus forte que jamais". Floriant Philippot y voir la conséquence d'une politique d'immigration trop laxiste: "on nous parle d'un Algérien arrivé en 2009, fiché car identifié comme dangereux. Dans ce cas, on ne +fiche+ pas, on expulse", a-t-il tweeté.

Marine Le Pen a réservé ses foudres au gouvernement en ironisant sur l'aspect chanceux de l'interpellation de Sid Ahmed Ghlam, déclarant: "le pouvoir en est réduit au hasard dans la lutte contre le terrorisme".

 

16h50

Sous le hashtag #terrorisme, Nicolas Sarkozy a publié trois tweets: "Dans la guerre qui nous a été déclarée, la sécurité de nos compatriotes doit primer"; "Etre intraitable avec le terrorisme, c’est l’urgence, cela signifie s'adapter aux nouveaux enjeux de la menace"; "Sur le plan des moyens donnés aux forces de police, il faut renforcer immédiatement les services spécialisés dans l’anti-terrorisme".

 

16h20

Le suspect a évoqué avec une personne "pouvant se trouver en Syrie" les "modalités de commission d'un attentat", a ajouté François Molins. Cette personne en Syrie lui aurait demandé "explicitement de cibler particulièrement une église", a ajouté le procureur.

 

16h17

"Des documents en langue arabe évoquant les organisations terroristes Al-Qaïda et Etat islamique" ont été retrouvés au domicile du terroriste présumé, vient d'annoncer le procureur de la République François Molins en conférence de presse. Le magistrat a également évoqué tout un arsenal et des contacts avec des personnes notamment en Syrie.

 

16h10

"Un acte terroriste a été déjoué, ce n'était pas le premier", a également révélé François Hollande lors de sa conférence de presse. "Il y en a eu d'autres ces dernières semaines et ces derniers mois", a-t-il affirmé.

"Celui-là (l'attaque de Sid Ahmed Ghlam dimanche 19, NDLR) avait commencé à être perpétré, selon les informations dont nous disposons" a ajouté le chef de l'Etat. "Il aurait pu avoir d'autres conséquences, puisque l'une des cibles était une église, sans doute avec des conséquences humaines qui auraient été encore plus graves. Mais elles le sont déjà, puisqu'une jeune femme a selon toute vraisemblance été tuée par le jeune homme arrêté".

 

16h00

"Nous sommes toujours sous la menace terroriste", vient de réagir François Hollande en direct. Le président de la République a confirmé que le plan Vigipirate resterait à son niveau maximum actuel, sans pour autant évoquer de renforts supplémentaires. "Nous devons toujours améliorer notre capacité de renseignement dans l'Etat de droit d'aujourd'hui et dans l'Etat de droit de demain", a-t-il estimé, confirmant son souhait de voir le projet de loi renseignement adopté.

Le chef de l'Etat a enfin appelé les Français à "être unis, rassemblés, avoir confiance dans la République, penser que ceux qui sont en capacité d'agir le font à bon escient". Avant de conclure: "il ne faut pas céder au terrorisme, à ce qu'il recherche: créer la haine, la suspicion qui altèrerait les valeurs de la France".

 

15h42

Depuis les attentats de janvier, le plan Vigipirate est au niveau maximum en Ile-de-France, région placée en "alerte attentat". Cela signifie que les autorités considèrent que le risque d'attaque terroriste en région parisienne est "imminent".

Au total, 10.500 militaires sont déployés dans la région pour sécuriser plusieurs centaines de sites dits "sensibles", ce qui met les effectifs à rude épreuve.

Relire notre article Plan Vigipirate: la grogne des CRS, fatigués par trois mois de mobilisation intense

 

15h20

La vie de Sid Ahmed Ghlam "était en jeu", affirme une source policière citée par 20Minutes.fr. Blessé à l'artère fémorale dans la voiture d'Aurélie Châtelain, le terroriste présumé a été victime d'une forte hémorragie, l'obligeant à appeler les secours.

Quant à savoir comment il s'est blessé, certains avancent l'hypothèse d'une balle qui aurait ricoché à l'intérieur de l'habitacle du véhicule.

 

15h15

Après un "message de soutien à Aurélie Châtelain et sa petite fille", le maire de Villejuif Franck Le Bohellec a confirmé lors d'une conférence de presse improvisée que Sid Ahmed Ghlam projetait d'attaquer des cibles dans sa ville. En contact "permanent" avec le cabinet du préfet et le ministère de l'Intérieur depuis ce mercredi matin, l'élu a également annoncé que "des renforts supplémentaires" vont être déployés dans sa ville où le terroriste présumé arrêté dimanche 19 projetait d'attaquer "une ou deux églises", selon Bernard Cazeneuve.

 

14h55

A Saint-Dizier, outre les perquisitions et l'arrestation d'une jeune femme présentée comme la compagne de Sid Ahmed Ghlam, ce mercredi, le domicile des parents du terroriste présumé a été fouillé dès lundi 20, selon France 3 Champagne-Ardenne. D'autres lieux ont également été visités par les enquêteurs en début de semaine, soit avant que Bernard Cazeneuve officialise que l'attaque a été déjouée.

 

14h45

En déplacement à Nice, Nicolas Sarkozy a réagi à l'annonce de l'arrestation du terroriste présumé. Le président de l'UMP en a appelé à la "fermeté, la vigilance et à la mobilisation de tous les instants". Evoquant le renforcement des moyens des services de renseignement actuellement débattu à l'Assemblée nationale, il a estimé que "la sécurité prime sur un certain nombre de règles, (...), tout doit être fait pour assurer la sécurité des Français". L'ancien président a également assuré que "chaque fois que le gouvernement ira dans ce sens, nous (l'UMP, NDLR) le soutiendront".

 

14h35

Selon Bernard Bajolet, le Directeur général de la sécurité extérieure (DGSE) cité par i>Télé, les hommes de la DGSI (sécurité intérieure) avaient déjoué six attentats depuis le début de l'année avant les événements de dimanche 19.

L'attaque que planifiait Sid Ahmed Ghlam est ainsi le septième attentat évité en 2015 grâce à l'action des forces de l'ordre.

 

14h25

Selon Monseigneur Olivier Ribadeau-Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques de France, il y a actuellement 200 lieux de culte catholiques, sur un total de 45.000, protégés par les forces de l'ordre sur le territoire. Cette surveillance entre dans le cadre du plan Vigipirate et de l'opération Sentinelle déclenchée après les attentats de janvier.

 

14h20

Grièvement blessé au niveau de la hanche, Sid Ahmed Ghlam, le terroriste présumé, a dû être opéré à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière de Paris. Il a ensuite été transféré à l'Hôtel-Dieu, le seul établissement hospitalier parisien où une personne peut recevoir des soins et être entendue dans le cadre d'une enquête de police.

 

14h05

"Je crois que ce qui est important c'est que les uns et les autres dans les églises aient une vigilance mais qu'en même temps nous gardions toujours ce climat d'accueil et de bienveillance vis à vis de tous ceux qui entrent dans les églises", a réagi Monseigneur Olivier Ribadeau-Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques de France. "La situation internationale montre que partout dans le monde les chrétiens sont pris pour cible, ce n'est pas pour autant qu'il faut céder à un climat de peur", a-t-il ajouté. L'abbé, dans une volonté d'apaisement a également appelé à "ne pas regarder les autres avec méfiance (et à être) sans cesse bienveillants". "Non, ce n'est pas se voiler la face", a-t-il conclu.

 

13h55

"La lutte contre terrorisme c'est tout le temps", a déclaré Stéphane Le Foll à la sortie du Conseil des ministres de ce mercredi. "Cette lutte est rendue difficile par les formes différentes, particulières et nouvelles de terrorisme. Mais on agit et on agira tous les jours pour faire en sorte que rien ne puisse échapper", a également ajouté le porte-parole du gouvernement. Puis de conclure "avec des individus qui, un jour, tout seuls, peuvent prendre des décisions, ce n'est pas facile. On est toujours à la limite".

 

13h40

La jeune femme interpellée à Saint-Dizier, en Haute-Marne, où habitent les parents du terroriste présumé, serait sa compagne selon des sources concordantes. Elle serait en garde à vue pour association de malfaiteurs, chef d'accusation qui permet aux enquêteurs de la retenir 96 heures. 

 

13h35

Le terroriste présumé était bien fiché, mais n'était plus suivi, avance i>Télé. Une information qui recoupe les déclarations de Bernard Cazeneuve ce mercredi. "Des vérifications sur l'environnement de cet étudiant en informatique avaient été effectuées à deux reprises en 2014 et 2015, sans révéler d'éléments susceptibles de justifier l'ouverture d'une enquête judiciaire", a ainsi détaillé le ministre.

"Cet individu avait été repéré mais rien ne permettait à l'époque de l'arrêter", a également confirmé le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, à la sortie du Conseil des ministres.

 

13h25

"Les chrétiens sont désormais aussi visés", vient de déclarer l'évêque de Créteil Monseigneur Michel Santier. Les catholiques de France sont sous le choc après l'annonce que l'attentat déjoué visait des églises.

 

13h15

Sid Ahmed Ghlam, le terroriste présumé arrêté dimanche 19 à Paris, était connu des services de renseignement comme un islamiste radical. Selon Bernard Cazeneuve, il aurait également manifesté des velléités de départ en Syrie pour y rejoindre les rangs des combattants djihadistes. Les deux nébuleuses terroristes Etat islamique et Al-Qaïda sévissent dans la région.

D'après les informations du Monde, "le jeune homme avait disparu une semaine en Turquie en février 2015".

 

13h05

François Hollande est revenu lors du Conseil des ministres de ce mercredi sur l'attentat déjoué. En ouverture de la réunion, à 10h, le président a tout d'abord félicité les services de police pour leur rapidité. Il a également appelé à la vigilance et eu un mot pour Aurélie Châtelain, vraisemblablement abattu par le terroriste dimanche 19, et sa famille. "Face à la menace, l'unité et le rassemblement doivent l'emporter", a-t-il enfin conclu en substance.

Voir notre article sur la mort d'Aurélie Châtelain ICI

 

12h45

Selon des sources policières citées par la plupart des médias, le suspect s'appelle Sid Ahmed Ghlam. Cet étudiant franco-algérien de 24 ans vivait dans une résidence étudiante du 13e arrondissement de Paris. C'est dans cette petite chambre que les policiers, lors de leur perquisition, ont retrouvé des armes, des gilets pare-balles, des brassards siglés "police" et un plan détaillé des passages de équipages de police de différents commissariats parisiens.

Des policiers ont été placés en faction devant l'église Saint-Cyr de Villejuif lors de la messe quotidienne ce mercredi. Ce lieu de culte chrétien aurait pu être visé par une tentative d'attentat.

 

12h30

Selon le journal Le Figaro, la garde à vue du suspect, actuellement hospitalisé à l'Hôtel-Dieu à Paris, devrait être prolongée "d'au moins 24 heures, au-delà des 96 heures règlementaires en cas d'actes ou de risques de terrorisme". L'Hôtel-Dieu est le seul établissement hospitalier parisien où une personne peut recevoir des soins et être entendue dans le cadre d'une enquête de police.

 

12h10

Lors d'un point presse à la sortie du Conseil des ministres, Manuel Valls a rappelé les faits annoncés par Bernard Cazeneuve ce mercredi matin. Il a également fait le lien entre le suspect qui souhaitait perpétrer un attentat contre "une ou deux églises" de Villejuif et l'assassinat d'Aurélie Châtelain, abattue dimanche à Villejuif également

Le Premier ministre, qui avait à ses côtés le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, a expliqué que "notre pays comme d'autres fait face à une menace terroriste sans équivalent dans le passé par sa nature et son ampleur". Et d'ajouter: "notre seul but est de protéger les Français. Les terroristes ciblent la France pour nous diviser. Notre réponse doit être la défense de nos concitoyens mais aussi le rassemblement. C'est comme cela que nous répondrons à la demande des Français le 11 janvier".

 

12h00

Plusieurs perquisitions et interpellations ont depuis été réalisées dans son entourage et sa famille, dont certains membres seraient acquis à la cause de l'islam radical, selon des sources policières. Les perquisitions ont eu lieu dans le quartier sensible du Vert-Bois à Saint-Dizier. Les opérations ont été menées par une trentaine de policiers de la BRI (Brigade de recherche et d'interventions) de Paris.

Une femme, probablement la sœur du suspect, a été interpellée dans un petit pavillon qu'elle louait dans le quartier depuis six ou sept mois avec deux enfants en bas âge.

 

11h30

Connu des services de police, l'étudiant faisait l'objet d'une fiche "S" (pour "sûreté de l'État") qui avait été diffusée auprès des forces de police. Ce qui implique une surveillance policière "sans attirer l'attention du suspect". Il apparaît que le jeune homme avait disparu une semaine en Turquie (où passent la majorité des candidats au djihad en Syrie et en Irak) cette année et avait été placé en garde à vue à son retour avant d'être relâché. 

En plus de l'impressionant arsenal retrouvé chez le suspect, les enquêteurs ont découvert un plan de plusieurs commissariats parisiens contenant "probalement" des indications sur les déplacements des équipages de police.

 

11h15

Le suspect arrêté par les policiers dimanche serait un informatien algérien, Sid Ahmed Ghlam, 24 ans. Selon les informations du journal Le Monde, il serait arrivé en France en 2009 dans le cadre d'un regroupement famillial. Il aurait fait l'objet d'une surveilleance de la part des services de renseignement. 

Une perquisition ont eu lieu à Saint-Dizier en Haute-Marne au domicile de ses parents. Sa soeur, qui serait une islamiste radicale, a été arrêtée par la police. La section antiterroriste de la PJ parisienne et la DGSI (Direction générale de la Sécurité intérieure) sont chargées de l'enquête.

 

11h05

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé ce mercredi que la police a arrêté dimanche 19 un islamiste radical considéré comme dangereux. Arrêté presque par hasard, l'homme possédait un arsenal impressionnant et projetait un attentat "imminent contre un ou deux églises".

L'individu était en possession d'un arsenal impressionnant lors de son interpellation, une kalachnikov et deux armes de poing. A son domicile, perquisitionné par les forces de police, les enquêteurs ont retrouvé trois autres kalachnikovs, des gilets pare-balles et des brassards siglés "police". L'homme est âgé de 24 ans, il est étudiant en informatique. 

Peu avant 9h, dimanche, le SAMU reçoit un appel d'un homme blessé suite à une violente agression dans le 13e arrondissement de Paris. Dépêchés sur place, les policiers découvrent la victime les jambes en sang et la conduisent à l'hôpital. En suivant les traces de sang, ils remontent alors jusqu'au véhicule du jeune homme, où leur attention est alertée par un gyrophare dont est étrangement équipée la voiture. 

La police identifie peu après l'homme qui, selon Bernard Cazeneuve, avait des velléités de départ en Syrie.

Il est également soupçonné du meurtre d'Aurélie Châtelain, une enseignante de 32 ans, abattue dimanche à Villejuif dans le Val-de-Marne. L'une des armes retrouvées par les policiers aurait été utilisée par l'individu dans ce meurtre. Son ADN aurait également été retrouvé sur les lieux du crime. C'est également là que l'homme se serait blessé lui-même.

 

François Hollande a réagi ce mercredi, à l'Elysée, à l'annonce qu'un attentat avait été déjoué.


Commentaires

-