Enfants morts à la gendarmerie de Limonest: la mère en garde à vue

Enfants morts à la gendarmerie de Limonest: la mère en garde à vue

Publié le :

Mardi 12 Juin 2018 - 10:29

Mise à jour :

Mardi 12 Juin 2018 - 10:39
© JEFF PACHOUD / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

La mère des deux fillettes mystérieusement décédées à Limonest (Rhône) dimanche a été placée en garde à vue. Les enquêteurs soupçonnent un double infanticide sur fond de séparation conjugale.

C'est clairement vers la piste criminelle que s'orientent les enquêteurs. La mère des deux petites filles retrouvées mortes dans un logement de la caserne de gendarmerie de Limonest (Rhône) a été placée en garde à vue. Elle était jusque-là hospitalisée en état de choc après la mort de ses deux enfants qu'elle est soupçonnée d'avoir tués dans des conditions encore mystérieuses.

 Dimanche 10, la mère de famille, épouse d'un sous-officier de la caserne, prévenait les secours: elle avait découvert ses fillettes de trois et cinq ans gisantes dans leur chambre où elles étaient parties se reposer. Les pompiers n'ont rien pu faire pour sauver les malheureuses victimes.

L'enquête s'est dans un premier temps orientée vers un "recherche des causes de la mort". Elle s'est finalement tournée vers un homicide. La suspicion des enquêteurs? Un double infanticide sur fond de tensions conjugales. Le couple envisageait de se séparer.

Lire aussi: Fillettes décédées dans une caserne de gendarmes: la mère en garde à vue

Les deux petites filles ont été autopsiées lundi 11 dans la matinée, mais la cause de la mort n'a pu être établie avec exactitude. Des analyses toxicologiques ont été faites sur la dépouille des deux enfants et les résultats seront connus dans les prochains jours. Aucune trace de violence n'a été relevée sur les corps, laissant penser à un empoisonnement. Plusieurs témoins ainsi que le père de famille –qui était absent au moment des faits– ont déjà été entendus par les enquêteurs.

Le couple vivait depuis un an à Limonest dans cette immeuble accueillant une vingtaine de familles de militaires.

Les petites filles sont mortes dans un appartement de la caserne de gendarmerie.

Commentaires

-