"Eradiquer" les homosexuels au "cyanure": Bassem Braïki visé par une plainte

Haine

"Eradiquer" les homosexuels au "cyanure": Bassem Braïki visé par une plainte

Publié le :

Jeudi 30 Août 2018 - 15:01

Mise à jour :

Jeudi 30 Août 2018 - 15:15
Le blogueur Bassem Braïki est l'objet d'une plainte déposée par trois associations LGBT. Pensant faire écho aux propos du pape, il a appelé à "soigner" les homosexuels en mélangeant Efferalgan et cyanure.
©Capture d'écran
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

"Bassem Braiki devra en répondre devant la justice", prévient SOS Homophobie. L'association, comme l'ensemble de la communauté LGBT, a condamné fermement les propos du blogueur.

Dans une story Snapchat, l'homme habitué des coups de gueule, des clashs et des menaces a réagi, à sa façon, aux propos du pape sur les enfants homosexuels. L'interview du souverain pontife avait elle-même choqué car il y évoquait la consultation psychiatrique pour les enfants se pensant homosexuels. Les associations LGBT avaient alors rappelé que l'homosexualité n'est pas une maladie.

Mais ce point ne semble pas avoir touché Bassem Braïki qui a lancé un appel pour les "éradiquer". "Vive le pape, tous derrière le pape. Les homosexuels, il faut vous soigner. Faut qu’on vous soigne, et moi j’ai la solution pour qu’on vous soigne. Tu prends un Efferalgan, tu mélanges avec du cyanure puis ça va vous soigner, je pense que c’est ça. Faut éradiquer ce phénomène, la tête de ma mère, trop c’est trop. Avant t’étais un homo tu vivais ça en cachette, tu vivais ton bonheur en cachette, là aujourd’hui vous voulez nous imposer des trucs, vous voulez que ça devienne normal. Et ben nous on se battra, on se battra bec et ongles pour la normalité (...)."

Voir - Enfants homosexuels: gouvernement et associations dénoncent les propos "indéfendables" du pape

"Nous condamnons ces propos de haine qui n'ont pas leur place sur Internet ni dans notre société. Bassem Braïki devra en répondre devant la justice", a alors prévenu SOS homophobie qui a annoncé porter plainte avec Le Refuge et l'association Mousse.

La loi prévoit que le fait de provoquer à commettre des atteintes à l'intégrité physique ou à la vie des personnes est punissable de cinq ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.

Bassem Braïki s'était fait connaître sur Internet en 2015 en appelant à ne pas faire d'amalgame entre musulmans et terroristes. Mais il avait ensuite publié nombre de vidéos au contenu agressif ou haineux, notamment sur les femmes.

Lire aussi:

Incitation à la haine: la page de Génération identitaire fermée par Facebook

"Les homosexuels, il faut vous soigner" au cyanure, a déclaré Bassem Braiki.

Commentaires

-