Essonne: il découvre le cadavre de son fils momifié à son domicile, la brigade criminelle se saisit de l'enquête

Scène d'horreur

Essonne: il découvre le cadavre de son fils momifié à son domicile, la brigade criminelle se saisit de l'enquête

Publié le :

Jeudi 27 Juillet 2017 - 14:53

Mise à jour :

Jeudi 27 Juillet 2017 - 15:11
Mardi, un septuagénaire qui voulait rendre visite à son fils pour avoir des nouvelles a découvert ce dernier mort sur le sol, son cadavre en partie momifié. Une porte de son domicile aurait été fracturée. L'enquête n'écarte aucune piste.
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Que s'est-il passé derrière la porte de la belle maison d'architecte de la rue des Pivoines à Pary-Vieille-Poste dans le département de l'Essonne? C'est là en effet qu'un septuagénaire a fait une découverte abominable. A l'intérieur, le cadavre momifié de son fils, mort à une date inconnue et dans des circonstances qui n'ont pas encore été élucidées.

Les faits se déroulent le mardi 25. Celui qui découvre cette scène d'horreur s'inquiétait de ne plus avoir de nouvelles de son fils –âgé d'une cinquantaine d'années– depuis deux mois. A l'intérieur de la maison, tout est vide et silencieux. Le fils ne répond pas aux appels du père. Ce dernier s'aperçoit cependant d'un détail troublant: une porte vitrée, qui donne directement sur la rue, est ouverte.

C'est dans cette partie de la maison que le cadavre sera découvert. Gisant sur le sol, le fils est mort là, sans doute depuis plusieurs semaines, la dépouille étant largement décomposée. Les policiers sont immédiatement prévenus. Et les premières constatations amènent alors à ce que la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire de Versailles se saisisse de l'enquête. En effet, des détails troublants sur cette scène macabre pourraient orienter les investigations sur la piste d'un homicide, qui n'est cependant pas confirmée.

Selon le quotidien Le Parisien en effet, la porte en verre ouverte semble avoir été fracturée. L'enquête n'a pas encore dévoilée si des traces de violences ont été relevées sur le corps. Une autopsie se déroule ce jeudi 27 pour essayer de définir les causes de la mort.

La malheureuse victime semblait en outre vivre dans une relative discrétion expliquant que la mort n'a pas été signalée plus tôt. Habitant seul, décrit comme "cordial mais discret" par le voisinage, l'homme travaillait avec son père dans l'entreprise familiale de BTP. Autre fait pouvant expliquer que l'homme n'a pas été découvert plus tôt: à cette période de l'année dans ce quartier résidentiel, de nombreux habitants étaient en vacances.

La brigade criminelle s'est saisie de l'enquête.

Commentaires

-