Essonne: un père se jette d'un viaduc avec ses deux filles

Essonne: un père se jette d'un viaduc avec ses deux filles

Publié le :

Jeudi 25 Mai 2017 - 14:43

Mise à jour :

Jeudi 25 Mai 2017 - 15:07
©WikimediaCommons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les corps sans vie d'un homme de 38 ans et de ses deux filles ont été retrouvés mercredi soir aux alentours de 20h en contrebas d'un viaduc de l'Essonne. Ce sont des promeneurs qui ont fait la macabre découverte.

Il aurait mis fin à ses jours et aurait entraîné avec lui ses enfants. Les corps sans vie d'un homme de 38 ans et de ses deux fillettes de quatre et cinq ans ont été retrouvés mercredi soir en contrebas d'un viaduc situé entre les communes de Gometz-le-Châtel et Bures-sur-Yvette (Essonne). Ce sont deux jeunes promeneurs qui ont fait la macabre découverte aux alentours de 20h. Choqués par ce qu'ils venaient de voir, Ies adolescents de 12 et 13 ans ont immédiatement alerté les secours. Mais il était déjà trop tard: les trois victimes étaient déjà mortes.

Pour le moment, la thèse du suicide est privilégiée par les enquêteurs: l'homme aurait poussé ses enfants avant de sauter dans le vide, d'une hauteur de 30 mètres. Toutefois, les zones d'ombre demeurent. Alors, pour éclaircir les circonstances de ce drame, une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de Palaiseau.

Seules certitudes: le père, qui vivait à Versailles, était en cours de séparation avec sa compagne domiciliée à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Il avait récupéré ses deux enfants pour passer du temps avec eux et devait les ramener mercredi soir.

Cette histoire n'est pas sans rappeler celle qui s'était produite en mai dernier dans la Meuse. Un homme d'une vingtaine d'années s'était jeté sous un train avec son fils de trois ans. Le jour du drame, le père de famille devait comparaître devant le tribunal correctionnel et risquait plusieurs années de prison. Les enquêteurs ont retrouvé une lettre dans laquelle il expliquait son geste.

Pour le moment, les enquêteurs privilégient la thèse du suicide. (image d'illustration)


Commentaires

-