L'Etat islamique voulait envoyer des enfants kamikazes en France

Les frères Clain

L'Etat islamique voulait envoyer des enfants kamikazes en France

Publié le :

Mardi 26 Juin 2018 - 14:44

Mise à jour :

Mardi 26 Juin 2018 - 14:55
Selon les confidences d'un djihadiste toulousain de 35 ans, Jonathan Geffroy, capturé début 2017 en Syrie, l'Etat islamique forme des enfants qui seront envoyés en Europe pour des opérations kamikazes. Les frères Clain seraient à l'origine de ce projet qui fait froid dans le dos.
© Fadel SENNA / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Les "Lionceaux du Califat", ces enfants élevés par l'Etat islamique pour devenir la nouvelle génération des djihadistes font partis de la menace protéiforme que le groupe terroriste continue à faire peser sur la France. Ces jeunes garçons ont été le plus souvent arrachés à leur famille pour suivre un entrainement militaire d’une violence inouïe en Irak ou en Syrie et être les victimes d'un matraquage idéologique extrême.

Le journal Le Monde, qui s'appuie sur les révélations d'un djihadiste français mis en examen à l'automne, dévoile ce mardi 26 un projet secret "très sérieusement envisagé" par l'organisation djihadiste: former et endoctriner des enfants kamikazes qui seront ensuite envoyés en Europe et en France pour commettre des attentats-suicides.

Voir - En Syrie, "réparer les lionceaux du califat" par l'écoute et la "morale"

Cette idée mortifère proviendrait des sinistres frères Clain, Jean-Michel et Fabien, dont le dernier avait prêté sa voix pour la revendication des attentats du 13 novembre. "Je sais que les futures opérations extérieures seront commises par des enfants qui auront grandi sur zone et qui, passé l’adolescence, seront envoyés en Occident, en Europe et en France, pour y mener des opérations suicides", a ainsi expliqué le djihadiste Jonathan Geffroy aux enquêteurs. Et d'ajouter: "Mais surtout, ils seront méconnaissables du fait qu’on ne pourra pas les identifier au faciès (…). Mais c’est un projet au long cours, car ils veulent qu’ils grandissent pour pas qu’il y ait de reconnaissance faciale".

La source a expliqué avoir eu connaissance de ce programme avant la chute de Raqqa en octobre 2017 et le déclin territorial de l'Etat islamique en zone irako-syrienne.

Jonathan Geffroy, qui s'est présenté comme un repenti, a été remis aux autorités françaises par la Turquie ne septembre 2017 après avoir été arrêté en février de la même année des rebelles syriens pro-turcs au cours de l'opération Bouclier de l'Euphrate. Mis en examen pour "participation à une association de malfaiteurs terroristes, en vue de préparer un ou plusieurs crimes d’atteintes aux personnes", il a révélé au juge en charge des investigations que le fils de Jean-Michel Clain, âgé aujourd'hui de 16 ans, a été placé à la tête des "opérations extérieures enfants" pour la France. 

Lire aussi - La famille de Fabien Clain, djihadiste français, témoigne

"Je sais qu’ils ont placé Othman à la tête des «opérations extérieures enfants» pour la France. Il choisit les combattants. Ça a été validé au-dessus de Fabien Clain. Othman Clain se confiait à moi, je ne suis pas censé le savoir", a-t-il souligné

"Je me suis totalement désavoué de l’EI (…). Ils empêchaient les Syriens et les étrangers de quitter le territoire. Ils ont sali l’islam par la torture, par des raccourcis idéologiques, par les mensonges sur la restitution de nos passeports, par le fait de forcer les blessés à combattre…", a expliqué l'ancien djihadiste pour justifier son repentir.

Toutefois, souligne le journal du soir, les services de renseignement n'ont pas encore de preuves permettant de recouper ce projet d'enfants kamikazes.

A la mi-juin, les djihadistes du groupe nigérian Boko Haram, liés à l'Etat islamique, ont utilisé des fillettes, de sept et dix ans, pour perpétrer des attentats suicide suivis d'attaques à la grenade qui ont fait au moins 31 morts dans le nord-est du Nigeria

L'organisation Etat islamique formerait des enfants pour des opérations kamikazes en France.

Commentaires

-