Un policier américain licencié pour avoir refusé d'abattre un homme noir finalement dédommagé

Un policier américain licencié pour avoir refusé d'abattre un homme noir finalement dédommagé

Publié le :

Mardi 13 Février 2018 - 17:08

Mise à jour :

Mardi 13 Février 2018 - 17:12
La ville de Weirton, aux Etats-Unis, a passé lundi un accord financier à hauteur de 175.000 dollars avec un de ses policiers, qui avait été licencié en 2016, après avoir refusé d'abattre un homme noir armé. Le caractère injustifié du licenciement a été reconnu.
© Mandel Ngan / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un policier américain, qui avait été licencié en 2016 par la ville de Weirton aux Etats-Unis pour avoir refusé d'abattre un homme noir armé, a finalement reçu lundi 12 la somme de 175.000 dollars (soit plus de 141.000 euros) au titre du dédommagement pour un licenciement injustifié. Un accord amiable a été passé entre les deux parties. Le policier en question menaçait son ancien employeur d'intenter un procès.

Les faits remontent au 6 mai 2016. Stephen Mader, ancien Marine, policier blanc âgé de 27 ans, intervient devant la maison d'un suspect après un signalement de violences conjugales.

Lorsqu'il arrive, il tombe sur un homme noir, R.J. Williams, qui a les mains dans le dos. Il lui demande donc de lever les bras et s'aperçoit que le suspect tient une arme à feu. Ce dernier refuse de laisser tomber son arme au sol.

Lire précédemment: des supporters de Chelsea empêchent un homme noir de monter dans le métro avant PSG-Chelsea

Selon l'association de défense des droits civiques (ACLU) de Virginie occidentale, l'individu était totalement désemparé et est allé jusqu'à demander à ce que le policier l'abatte.

Mais au lieu de ça, Stephen Mader a décidé de le calmer en appliquant des techniques militaires et en lui parlant calmement pour le rassurer.

"Plutôt que de tirer, Mader a appliqué son entrainement militaire et a essayé de calmer la situation. Il a baissé la voix, a regardé Williams dans les yeux et lui a dit +Je ne vais pas te tirer dessus mon frère, je ne vais pas te tirer dessus+", a expliqué un porte-parole de l'association ACLU.

Sauf que le temps que Mader agisse, deux autres policiers sont arrivés sur place. Le suspect les a menacés avec son arme, et l'un d'eux n'a pas hésité à l'abattre, en lui tirant dessus à quatre reprises. Les policiers se sont rendus compte plus tard que l'arme de Williams n'était pas chargée.

Et il a été reproché à Stephen Mader d'être resté figé sur place et d'avoir mis en danger la vie de ses camarades.

Stephen Mader a reçu 175.000 dollars au titre du dédommagement suite à un licenciement injustifié. En mai 2016, il avait refusé d'abattre un homme noir armé.


Commentaires

-